FAQ

Qu'est-ce qu'une atteinte sexuelle ou une incitation à des attouchements sexuels ?

L'article 151 du Code criminel stipule que c'est un crime pour un adulte de toucher sexuellement une personne âgée de moins de 16 ans. L'article 152 du Code stipule que c'est un crime pour un adulte d'inviter ou d'encourager une personne de moins de 16 ans à le toucher sexuellement. Dans les deux cas, les attouchements illégaux peuvent se faire avec n'importe quelle partie du corps de l'adulte ou avec un objet, et ils peuvent concerner n'importe quelle partie du corps de l'adolescent. L'accusé est souvent inculpé des deux infractions, la police laissant à la Couronne le soin de décider laquelle a le plus de chances d'être poursuivie. Pour que ces accusations soient prouvées, il faut démontrer que l'adulte savait que le plaignant avait moins de 16 ans ou qu'il n'a pas pris de mesures raisonnables pour s'assurer de l'âge de la personne.

Quel est l'âge du consentement ?

Selon un document du ministère de la justice (DoJ), l'âge de consentement "est l'âge auquel une jeune personne peut légalement accepter une activité sexuelle. Les lois sur l'âge de consentement s'appliquent à toutes les formes d'activité sexuelle, allant des baisers et des caresses aux rapports sexuels."

Sans consentement, toute activité sexuelle est une infraction pénale, quel que soit l'âge, ajoute le DoJ.

L'âge du consentement peut-il être supérieur à 16 ans ?

L'âge du consentement peut être plus élevé s'il existe une relation de confiance, d'autorité ou de dépendance entre le plaignant et l'adulte. Selon le DoJ, cette exception est un facteur à prendre en compte si un enseignant, un entraîneur ou toute autre personne en position d'autorité a une relation inappropriée avec un jeune. Le cas peut également se présenter si le jeune est dépendant de l'adulte pour des soins ou un soutien.

Les adultes dans cette situation sont souvent accusés d'exploitation sexuelle, qui est une infraction en vertu de l'article 153 (1) du Code. Selon le ministère de la Justice, les facteurs dont le tribunal tiendra compte pour déterminer s'il y a eu exploitation sont les suivants : l'âge du jeune, la différence d'âge entre lui et l'adulte, la manière dont la relation s'est développée (secrètement ou sur Internet) et le fait que l'adulte ait contrôlé ou influencé le jeune.

Quelles sont les exceptions de "proximité d'âge" ?

Selon le DoJ, "un jeune de 14 ou 15 ans peut consentir à une activité sexuelle à condition que le partenaire ait moins de cinq ans de plus et qu'il n'y ait pas de relation de confiance, d'autorité ou de dépendance ou toute autre forme d'exploitation du jeune." Cela signifie que si le partenaire est de cinq ans ou plus âgé que le jeune de 14 ou 15 ans, toute activité sexuelle est une infraction pénale.

Il existe également une exception de "proximité d'âge" pour les jeunes de 12 et 13 ans. Ils peuvent consentir à une activité sexuelle avec un partenaire à condition que celui-ci soit de moins de deux ans leur aîné et qu'il n'y ait pas de relation de confiance, d'autorité ou de dépendance ou toute autre forme d'exploitation de la jeune personne. Cela signifie que si le partenaire a plus de deux ans de plus que le jeune de 12 ou 13 ans, toute activité sexuelle constitue une infraction pénale. Et n'oubliez pas que deux ans signifie exactement deux ans, soit 730 jours. Si quelqu'un a deux ans et deux mois de plus, il ne peut pas bénéficier de l'exemption "d'âge rapproché".

Quelle est la peine pour les contacts sexuels ou l'incitation à des contacts sexuels ?

Pour ces deux crimes, la Couronne a le choix d'intenter des poursuites par voie de mise en accusation ou par procédure sommaire. Les condamnations pour un acte criminel sont assorties de peines beaucoup plus sévères, la peine maximale étant de 14 ans d'emprisonnement, tandis que la peine minimale est d'un an d'emprisonnement.

Si l'accusation est traitée comme une infraction sommaire, la peine maximale sur déclaration de culpabilité est de deux ans derrière les barreaux, et la peine minimale est de 90 jours d'emprisonnement.

Qu'est-ce que le Registre national des délinquants sexuels ?

Les personnes reconnues coupables de contacts sexuels ou d'incitation à des contacts sexuels seront inscrites dans le Registre national des délinquants sexuels (RNDS), administré par la GRC. Les renseignements contenus dans cette base de données comprennent : votre nom, votre date de naissance, votre sexe, votre résidence principale et secondaire, le nom et l'adresse de votre employeur, la description de votre véhicule, vos numéros de téléphone, votre taille, votre poids, votre photographie, vos signes distinctifs (p. ex., tatouages, cicatrices) et l'infraction pour laquelle le délinquant a été condamné. Vous serez également inscrit dans une base de données provinciale, en fonction de votre lieu de résidence. Seule la police a accès à ces registres.

Vous devez signaler tout changement d'adresse ou toute autre information pertinente (comme le changement de votre nom de famille) afin de tenir le registre à jour. Vous pouvez être condamné à une amende ou à une peine de prison si vous ne vous conformez pas à ces exigences.

Selon la Loi sur l'enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels, les personnes inscrites dans la base de données n'ont que sept jours pour signaler les changements s'ils ont changé de résidence, modifié leur prénom ou leur nom de famille, ou s'ils ont reçu un permis de conduire ou un passeport.

En tant que délinquant sexuel enregistré, vous pouvez également voir votre liberté restreinte, ce qui vous empêche de vous rendre dans des lieux fréquentés par des mineurs, comme les terrains de jeux et les écoles.

La loi ajoute que "les informations qui sont enregistrées dans la base de données conformément à la présente loi sont conservées dans la base de données indéfiniment". Des exceptions à cette règle peuvent être accordées si "la personne qui fait l'objet de l'ordonnance est définitivement acquittée de toute infraction en rapport avec laquelle l'ordonnance a été rendue ou bénéficie d'un pardon gratuit accordé en vertu de la prérogative royale de clémence de Sa Majesté ou de l'article 748 du Code criminel."

Le consentement ne peut être donné pour les contacts sexuels

En 2021, un juge de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta a condamné un homme de 48 ans à cinq ans et demi de prison après l'avoir déclaré coupable de contacts sexuels et de leurre sexuel dans une affaire impliquant une jeune fille de 15 ans.

Les documents judiciaires montrent qu'ils ont commencé à communiquer sur Internet et qu'il a proposé de les rencontrer pour avoir des relations sexuelles. La jeune fille a accepté et l'a rejoint dans sa chambre d'hôtel où ils ont eu des rapports sexuels.

Après un dîner et un film, ils sont retournés dans la chambre et ont continué à avoir des relations sexuelles, mais ont été interrompus par la police, après que la mère de l'adolescente a intercepté certains des messages en ligne envoyés à sa fille.

En prononçant la sentence, le juge a fait référence à une autre décision de justice qui indiquait : "Il y a atteinte sexuelle majeure lorsque l'atteinte sexuelle constitue une violation grave de l'intégrité physique et sexuelle de l'enfant et qu'elle est d'une nature ou d'un caractère tel qu'une personne raisonnable pourrait prévoir qu'elle est susceptible de causer un préjudice psychologique ou émotionnel grave, qu'il y ait ou non un préjudice physique". Les rapports sexuels vaginaux, les rapports sexuels anaux, la fellation et le cunnilingus entrent tous dans cette catégorie."

En rejetant l'idée que l'adolescent de 15 ans ait consenti à l'acte sexuel, le jugement note : "Il existe un risque prévisible et significativement accru de profondes conséquences négatives à court et à long terme sur le développement et la vie psychosociale, même lorsque les enfants ont donné leur consentement de fait, y compris dans le cadre d'une 'relation' avec un 'partenaire' plus âgé. Le risque est celui d'une baisse de l'estime de soi, d'une dépression, d'idées suicidaires, de mauvais résultats scolaires ou de niveaux inférieurs d'éducation ou d'achèvement de la scolarité et d'un impact négatif important sur les relations sociales et les relations intimes actuelles et futures."

Le doute raisonnable mène à un acquittement

Une décision de 2020 de la Cour supérieure de justice de l'Ontario montre comment le doute raisonnable peut aboutir à un acquittement lorsqu'une personne est accusée d'agression sexuelle impliquant une invitation à des attouchements sexuels.

Selon des documents judiciaires, un beau-père avait été accusé d'agression sexuelle après que sa belle-fille eut allégué qu'il se tenait parfois nu sur le seuil de sa porte, tard dans la nuit, et qu'il entrait parfois dans sa chambre pour la toucher sexuellement.

Le beau-père a nié tout contact ou exposition corporelle de ce type, bien qu'il ait "indiqué que si lui et la mère de la plaignante avaient été intimes, ils auraient pu prendre une douche ensemble et retourner dans leur chambre en ne portant qu'une serviette" près de la porte de la chambre de la fille qui aurait pu être ouverte.
Pour expliquer sa décision d'acquitter l'homme, le juge a relevé de nombreuses "lacunes et incohérences" dans le dossier de la Couronne, alors que le témoignage du père était "cohérent et plausible", peut-on lire dans le jugement.

"Je me rappelle le sens de l'expression "Preuve hors de tout doute raisonnable"", déclare le juge. "Un doute raisonnable n'est pas un doute imaginaire ou frivole. Ce n'est pas un doute fondé sur la sympathie ou les préjugés à l'égard de toute personne impliquée dans le procès. C'est un doute fondé sur la raison et le bon sens qui découle logiquement de la preuve ou de l'absence de preuve. Il ne me suffit donc pas de croire que [le beau-père] est probablement ou vraisemblablement coupable."

Laissez-moi construire votre défense

Les accusations de contacts sexuels et d'incitation à des contacts sexuels sont prises très au sérieux par le tribunal. Si vous êtes reconnu coupable, vous risquez de passer les 14 prochaines années en prison. Votre réputation personnelle sera également brisée. Ne prenez pas ce risque. Contactez-moi pour une consultation gratuite afin que je puisse entendre les détails de votre affaire, en français ou en anglais. Nous pourrons alors commencer à travailler sur votre meilleure défense contre les accusations.