FAQ

Qu'est-ce que le voyeurisme ?

Le voyeurisme consiste à voir ou à enregistrer des images ou des vidéos d'une personne lorsqu'elle croit qu'elle se trouve dans un endroit privé, ou dans un endroit où elle croit qu'il y a de l'intimité. Selon le Canadian Oxford Dictionary, un voyeur est "une personne qui tire une satisfaction sexuelle de l'observation secrète d'autres personnes alors qu'elles se déshabillent ou se livrent à des activités sexuelles". Le voyeurisme implique généralement une certaine forme de nudité ou d'activité ou d'organes sexuels, accompagnée d'une excitation sexuelle de la part de l'auteur.

Selon un document du ministère de la Justice (DoJ), "la plupart des voyeurs adoptent au moins un autre comportement sexuellement déviant, généralement de l'exhibitionnisme ou des attouchements ou frottements sexuels non consentis... environ 20 % des voyeurs ont commis une agression sexuelle ou un viol... des études ont montré que les hommes commettent la plupart des crimes sexuels et que les femmes et les enfants sont presque toujours les victimes."

Le DOJ ajoute que les voyeurs "justifient leur comportement par des rationalisations ou des distorsions cognitives, en se convainquant, par exemple, que leurs actions ne causent aucun préjudice ou que la victime voulait en fait être observée."

Le voyeurisme dans le Code criminel

L'article 162 (1) du Code criminel criminalise le fait d'observer ou d'enregistrer subrepticement - y compris par des moyens mécaniques ou électroniques - " une personne qui se trouve dans des circonstances qui suscitent une attente raisonnable en matière de vie privée ", si :

  • la personne se trouve dans un endroit où l'on peut raisonnablement s'attendre à ce qu'elle soit nue ou qu'elle se livre à une activité sexuelle explicite ;
  • la personne est nue, expose ses parties génitales ou se livre à une activité sexuelle explicite ; et
  • les observations ou enregistrements susmentionnés ont été effectués dans un but sexuel.

Le Code stipule que l'impression ou la publication de ces enregistrements ou images constitue également une infraction.

L'accusation de voyeurisme peut être traitée soit comme un acte criminel, soit comme une infraction sommaire. Les personnes reconnues coupables d'un acte criminel sont passibles d'une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement, tandis que les personnes reconnues coupables d'une déclaration sommaire de culpabilité sont passibles de peines moins sévères.

Qu'est-ce qu'une " attente raisonnable en matière de vie privée " ?

En 2019, un arrêt de la Cour suprême du Canada (CSC) a examiné les questions du voyeurisme et de l'attente raisonnable d'une personne en matière de vie privée dans un espace public.

Il s'agissait d'un professeur de secondaire qui enregistrait secrètement les seins d'étudiantes avec un stylo-caméra alors qu'elles se trouvaient dans des zones communes de l'école, comme les couloirs. Les élèves ne savaient pas qu'elles étaient filmées et n'ont pas consenti aux enregistrements. Une politique du conseil scolaire en vigueur à l'époque interdisait le type de comportement adopté par l'accusé.

Au procès, l'enseignant a admis avoir fait les enregistrements en secret. Mais le juge de première instance a statué que la Couronne n'avait pas prouvé hors de tout doute raisonnable que l'accusé avait fait les enregistrements subreptices dans un but sexuel, ce qui a conduit à un acquittement.

La Cour d'appel de l'Ontario a par la suite statué que les enregistrements avaient été faits à des fins sexuelles, mais que les élèves n'avaient pas d'attente raisonnable en matière de vie privée dans les couloirs et les aires communes de l'école.

Lorsque l'affaire a été portée devant la CSC, les membres ont conclu à l'unanimité que les élèves avaient une attente raisonnable en matière de vie privée dans toutes les zones de l'école et l'enseignant a été condamné pour voyeurisme.

En ce qui concerne l'attente raisonnable en matière de vie privée, le jugement de la CSC se lit comme suit : "Les circonstances qui donnent lieu à une attente raisonnable en matière de vie privée [...] sont des circonstances dans lesquelles une personne s'attendrait raisonnablement à ne pas faire l'objet du type d'observation ou d'enregistrement qui s'est effectivement produit [...] La vie privée, telle qu'on l'entend habituellement, n'est pas un concept tout ou rien, et le fait de se trouver dans un espace public ou semi-public n'annule pas automatiquement toute attente en matière de vie privée en ce qui concerne l'observation ou l'enregistrement. Au contraire, la question de savoir si l'observation ou l'enregistrement serait généralement considéré comme une atteinte à la vie privée dépend de divers facteurs, qui peuvent inclure le lieu où se trouve une personne, la forme de l'atteinte présumée à la vie privée, la nature de l'observation ou de l'enregistrement, l'activité à laquelle une personne se livre lorsqu'elle est observée ou enregistrée et la partie du corps d'une personne sur laquelle porte l'enregistrement. "

Le jugement se termine par ces quelques réflexions finales sur ce qu'est le voyeurisme. " Les élèves avaient une attente raisonnable en matière de vie privée quant à l'observation de leur corps dans les salles de classe et les couloirs de leur école [...] la technologie utilisée par l'accusé lui permettait de prendre des vidéos des seins habillés de ses élèves - pendant des périodes prolongées - dans des angles et à une proximité qui dépassaient l'accès que les élèves se permettaient dans ce cadre, portant ainsi atteinte à leur autonomie. Les enregistrements étaient également objectivement de nature sexuelle (...) en outre, et bien que cela ne soit pas déterminant, les enregistrements ont été réalisés dans un but sexuel. La combinaison de ces éléments permet de conclure qu'en enregistrant subrepticement des images de leurs seins, l'accusé a porté atteinte à l'intégrité sexuelle des élèves."

Les images de fesses ne sont pas du voyeurisme

Une entraîneuse personnelle de la Colombie-Britannique qui a été alertée par un compte TikTok montrant des images d'elle et d'autres jeunes femmes marchant en public a été informée par la police que l'accusation de voyeurisme ne peut pas être portée, selon un reportage.

Les photos et les vidéos se concentrent sur ses fesses alors qu'elle promène son chien et fait des achats dans des magasins, indique l'article, ajoutant que la femme estime qu'il s'agit "définitivement d'une atteinte à la vie privée". Pas seulement pour les photos... mais aussi dans le sens où cette personne m'a suivie jusque chez moi. Elle sait où je vis. Ils savent où je vais".

L'article cite un membre de la police de Vancouver qui affirme que la prise de telles photos est une "zone grise" de la loi.

"Chaque incident va être pris sur son propre mérite. Si quelqu'un prend des photos en public, ce n'est évidemment pas illégal. Mais si la personne prend des photos d'une manière qui peut poser un problème de sécurité, avec des enfants, ou de manière sexuellement explicite, nous voulons que la police de Vancouver en soit informée", indique l'article.

Des écoles balayées par des caméras espionnes

Les écoles d'un district du Nouveau-Brunswick ont été balayées électroniquement par la police à la recherche de dispositifs d'enregistrement après que des accusations de pornographie juvénile et de voyeurisme aient été portées contre un entraîneur de basket bénévole, selon un reportage.

Un superviseur de l'école a envoyé un courriel aux parents, selon l'article, indiquant que "l'une de ces accusations est liée à des enregistrements visuels de personnes ayant une attente raisonnable en matière de vie privée ; cette déclaration peut amener certains à se demander où ces enregistrements visuels ont eu lieu".

Bien qu'il n'y ait aucune confirmation que des enregistrements visuels aient eu lieu dans l'une des écoles, le conseil scolaire a effectué un balayage de toutes les toilettes et de tous les vestiaires par mesure de précaution, ajoute l'article.

Une peine de prison pour voyeurisme à l'école

Un ancien enseignant en éducation spécialisée a été condamné à un an de prison après avoir secrètement filmé des femmes et des filles alors qu'elles se déshabillaient dans les vestiaires d'une école, selon un compte rendu de presse. Il était accusé de 16 chefs d'accusation de voyeurisme et de deux chefs d'accusation de pornographie enfantine. Il a été condamné à un an de prison pour les accusations de pornographie et à neuf mois, à purger simultanément, pour les accusations de voyeurisme.

Avant le prononcé de la peine, les victimes ont eu l'occasion de dire au tribunal ce qu'elles avaient ressenti en apprenant qu'elles avaient été filmées nues sans leur consentement, indique l'article. Une femme a déclaré avoir été "complètement violée sexuellement" et avoir dû changer de carrière après la découverte des vidéos, tandis qu'une autre a dit être tombée dans une "profonde dépression".

Filmer sa fille nue relève du voyeurisme

Un homme de l'Ontario a été reconnu coupable de voyeurisme et de fabrication de pornographie enfantine après avoir filmé secrètement et à plusieurs reprises sa fille de 10 ans dans sa chambre, selon des documents judiciaires. Le tribunal a entendu le père admettre qu'il avait fait les vidéos, mais a soutenu qu'il l'avait fait "parce qu'il était préoccupé par le comportement de [sa] fille et qu'il voulait savoir ce qu'elle faisait dans sa chambre".

Le jugement indique que le père a déclaré qu'il était inquiet du "comportement sexuel des adolescents" à la suite d'interactions récentes avec une demi-sœur plus âgée et son petit ami. Il a ajouté que la fillette de 10 ans était également incapable de rendre compte de l'argent qu'elle avait en sa possession.

Le juge a rejeté ces arguments, notant : "Je ne vois pas, du point de vue du bon sens, comment le fait de placer une caméra secrète dans la chambre d'une enfant de 10 ans pourrait servir à répondre à [ces préoccupations]. Il y avait bien d'autres moyens par lesquels [le père] aurait pu répondre à ses préoccupations concernant le comportement de [sa] fille. Commencer par lui parler de ces problèmes, par exemple".

Les documents judiciaires indiquent que les vidéos de la fillette ont été découvertes sur une carte mémoire après que l'homme a apporté un appareil photo chez un prêteur sur gages.

Pourquoi vous avez besoin de mon aide

Le voyeurisme a été ajouté au Code criminel en 2005 pour répondre aux craintes que les nouvelles technologies puissent faciliter l'acte d'espionner secrètement des personnes à des fins sexuelles. Une condamnation peut causer des dommages irréparables à votre réputation et à vos perspectives d'emploi. Vous pourriez également être inscrit au registre des délinquants sexuels du Canada. Appelez-moi pour une consultation gratuite afin de discuter de vos options et de votre meilleure défense pour l'avenir.

Filed Under
Agression Sexuelle