FAQ

Qu'est-ce que la cyber extorsion ?

Il y a cyber extorsion lorsqu'une personne utilise les médias sociaux, le courrier électronique ou d'autres plates-formes en ligne pour faire pression sur les victimes afin qu'elles remettent de l'argent ou d'autres biens. Si la victime refuse, l'extorqueur menace de divulguer des informations compromettantes sur la victime. Dans le cas d'entreprises plus importantes, les cyber-escrocs peuvent paralyser les systèmes de données de la victime à l'aide de ce que l'on appelle un ransomware. Il crypte les informations auxquelles la victime ne peut accéder que si elle paie la rançon.

Dans le monde en ligne d'aujourd'hui, il est important d'avoir des mots de passe forts et de ne pas utiliser les mêmes pour différentes ouvertures de session. Cependant, il est difficile de se souvenir de tous les mots de passe s'ils sont tous uniques. Lorsque la plupart d'entre nous sont invités à saisir un mot de passe pour profiter d'une offre en ligne, nous nous contentons de taper le même que celui que nous utilisons pour un service bancaire en ligne, par exemple. Cependant, si l'offre en ligne que vous demandez n'est pas légitime, vous pourriez donner aux cybercriminels des informations précieuses qu'ils pourraient utiliser pour pirater votre compte bancaire.

Les ransomwares sont-ils fréquents ?

Selon un rapport du Centre canadien de cybersécurité, "les ransomwares sont devenus l'un des types de cybercriminalité les plus populaires." Il ajoute que ces attaques ont augmenté de 151 % en 2021 par rapport à l'année précédente, ajoutant que "le coût moyen estimé d'une violation de données, une compromission qui inclut, mais ne se limite pas aux ransomwares, est de 6,35 millions de dollars."

Le rapport ajoute que le Centre a connaissance de 235 incidents de ransomware contre des victimes canadiennes du 1er janvier au 16 novembre 2021. "Il est toutefois important de noter que la plupart des événements liés aux ransomwares ne sont pas signalés", ajoute le rapport.

L'étude TELUS sur les ransomwares canadiens indique que 83 % des entreprises canadiennes ont signalé des tentatives d'attaques par ransomware et que 67 % en ont subi une. Cela inclut la société technologique Acer, qui a payé 50 millions de dollars américains pour la restitution des données volées.

L'étude de TELUS indique que la rançon moyenne payée par les entreprises canadiennes est de 140 000 $. Ce chiffre ne représente que 16 % des coûts directs d'une attaque, ajoute-t-elle, car il ne tient pas compte du temps d'arrêt de l'entreprise, ni des coûts d'atténuation, de récupération et des amendes réglementaires.

La cyber extorsion se produit-elle à Ottawa ?

À la fin de l'année 2001, un homme d'Ottawa a été inculpé dans le cadre de plusieurs attaques par ransomware contre des cibles au Canada et aux États-Unis. Selon un rapport de presse, la police allègue qu'il était responsable de nombreuses attaques par ransomware touchant des entreprises, des organismes gouvernementaux et des particuliers dans tout le Canada, ainsi que de cyberdélits commis aux États-Unis.

"Les cybercriminels sont opportunistes et cibleront toute entreprise ou personne qu'ils identifient comme étant vulnérable", a déclaré un agent de la PPO. "La Police provinciale de l'Ontario [continuera de] collaborer de manière transparente à des enquêtes policières intégrées pour lutter contre les cybercrimes et autres activités illégales."

Que faire si vous recevez un message de cyber extorsion ?

De nombreuses demandes de rançon sont fausses et peuvent être ignorées, mais vous devriez demander à quelqu'un de vérifier les paramètres de votre messagerie pour les filtrer. Si vous pensez que la demande est réelle, ou si vous avez déjà perdu de l'argent à la suite d'une communication frauduleuse, les résidents d'Ottawa peuvent déposer un rapport en ligne auprès du Service de police d'Ottawa.

Pour éviter toute autre perte de fonds, la police vous recommande :

  • d'annuler vos cartes et d'aviser votre banque de l'activité frauduleuse ;
  • d'ignorer toute autre communication de la personne et de l'informer que vous avez appelé la police ; et
  • de conserver tous les documents jusqu'à ce qu'ils soient demandés par les enquêteurs.

Lorsque vous recevez des courriels ou des messages texte aléatoires vous demandant de l'argent, il est préférable d'appuyer sur le bouton "supprimer". Si vous répondez en disant quelque chose comme "Vous vous trompez de personne", la personne qui a envoyé le message saura que votre adresse électronique est valide et vous enverra d'autres messages non sollicités.

Qu'est-ce que la sextorsion ?

Il arrive que des personnes reçoivent des messages d'une personne prétendant détenir des photos ou des séquences vidéo compromettantes d'elles. Ces messages sont souvent accompagnés d'une menace de divulguer le matériel à moins de recevoir un paiement ou si la victime accepte de faire d'autres représentations en ligne. Selon la police d'Ottawa, de nombreuses personnes qui reçoivent ces messages envoient de l'argent ou acceptent de se livrer à d'autres activités cyber sexuelles en échange de la non-divulgation de l'information.

La sextorsion se produit-elle à Ottawa ?

En mars 2022, un homme de 18 ans d'Ottawa a été accusé d'extorsion après que la police a allégué qu'une jeune fille de 15 ans avait été "contrainte de lui fournir des images intimes" d'elle-même, selon un rapport médiatique.

Un autre rapport indique qu'un résident de Kanata a plaidé coupable en 2021 pour un système de sextorsion en ligne impliquant cinq jeunes femmes qui ont été convaincues d'accomplir des actes sexuellement dégradants en direct en ligne pour sa propre gratification.

L'homme rencontrait les femmes par Snapchat ou WhatsApp et leur envoyait de l'argent pour gagner leur confiance, indique l'article. Il les persuadait ensuite de se livrer pour lui à un spectacle intime en direct, qu'il enregistrait. Il menaçait ensuite de diffuser cette vidéo si elles ne donnaient pas suite à d'autres spectacles plus crus.

Bien que l'homme ait plaidé coupable à cinq infractions, sa condamnation a été retardée parce que le bureau du procureur de la Couronne a déposé une demande pour qu'il soit déclaré délinquant dangereux, indique le rapport. Si cette demande est acceptée, il se verra infliger une peine d'emprisonnement d'une durée indéterminée qui sera réexaminée dans sept ans, puis tous les deux ans par la suite.

Le partage d'une "image intime" en ligne est-il un crime ?

En 2014, le gouvernement fédéral a promulgué la Loi sur la protection des Canadiens contre la criminalité en ligne. Cette loi a fait de la distribution d'images intimes d'une personne sans son consentement une infraction criminelle. Si vous êtes reconnu coupable, la sanction peut être sévère, avec une peine maximale de cinq ans si l'accusation est traitée comme un acte criminel. Le Code criminel définit une image intime comme toute photo, tout film ou tout enregistrement vidéo où une personne est nue ou expose ses parties génitales, sa région anale ou ses seins. Cela inclut également les images les montrant en train de se livrer à une activité sexuelle explicite.

L'image ou la séquence doit avoir été prise dans des circonstances où la personne avait une attente raisonnable de respect de sa vie privée, c'est-à-dire qu'elle ne savait pas qu'elle serait diffusée à d'autres personnes.

Quels sont les moyens de défense contre le partage d'une image intime ?

L'un des moyens de défense contre ce crime est contenu dans l'article 162.3 du Code, qui stipule qu'une personne ne peut être condamnée pour ce crime "si la conduite qui fait l'objet de l'accusation sert le bien public et ne va pas au-delà de ce qui sert le bien public".

Il y a peu de jurisprudence pour dire ce que cela pourrait être.

Un autre argument pourrait être que le partage de la photo était accidentel ou par inadvertance.

Si la police a violé les droits qui vous sont accordés en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés lors de l'enquête sur l'accusation portée contre vous, cela peut également être utilisé comme une défense solide. Après tout, l'article 8 de la Charte garantit que nous avons tous le droit d'être à l'abri des fouilles, perquisitions et saisies abusives. Si cela s'est produit, je pourrai faire valoir au tribunal que toute preuve recueillie par la police devrait être exclue du procès.

Contactez-moi pour obtenir de l'aide

La dépendance de la société à l'égard de la communication en ligne augmente, tout comme l'incidence des cybercrimes. Si vous avez été accusé, contactez-moi pour une consultation gratuite. Racontez-moi votre version de l'histoire, afin que je puisse élaborer votre meilleure défense.

Filed Under
Cybercriminalité