FAQ

Quelle est la sanction pour les crimes en col blanc ?

La criminalité en col blanc, un terme qui englobe les fraudes et les vols commis par les entreprises et les professionnels du gouvernement, ne dépend pas de la menace de la force physique ou de la violence. Il ne s'agit pourtant pas d'un crime sans victime, car une seule escroquerie peut anéantir les économies d'une personne ou coûter cher à un groupe d'investisseurs. Comme l'explique l'encyclopédie canadienne, "les crimes d'entreprise causent beaucoup plus de préjudices financiers et beaucoup plus de blessures corporelles (dont certaines entraînent la mort) que les crimes traditionnels tels que le vol, le vol qualifié et l'agression".

C'est pourquoi les tribunaux s'efforcent d'imposer des peines sévères pour ces crimes, comme le dicte le code criminel canadien ou les lois provinciales et municipales. Selon l'infraction, les sanctions comprennent des amendes, le paiement des frais de poursuite, la confiscation, la restitution et l'emprisonnement. 

Fraude criminelle

L'article 380 du code dispose que "Quiconque, par tromperie, mensonge ou autre moyen frauduleux, qu'il s'agisse ou non d'un faux-semblant au sens de la présente loi, escroque le public ou toute personne, avéré ou non, de tout bien, argent ou titre de valeur ou de tout service" se rend coupable de fraude.

Cet article ajoute : "Quiconque, par tromperie, mensonge ou autre moyen frauduleux, qu'il s'agisse ou non d'un faux-semblant au sens de la présente loi, dans l'intention de frauder, affecte le prix du marché public d'actions, de parts, de marchandises ou de tout ce qui est offert à la vente au public est coupable d'un acte criminel et passible d'une peine d'emprisonnement maximale de quatorze ans".

Le code contient également les infractions suivantes liées à la fraude qui s'appliquent dans un contexte commercial : le vol (art. 322 et art. 334 ), l'abus de confiance criminel (art. 336), la destruction de titres de propriété (art. 340), la falsification (art. 366), le trafic ou la possession de faux documents (art. 368), la disposition de biens pour frauder les créanciers (art. 392), falsification de livres ou de registres (art. 397), manipulation frauduleuse de la bourse (art. 382), délit d'initié (art. 382.1), fraude au gouvernement (art. 121), faux prospectus (art. 400) et commissions secrètes (art. 426).

Fraude administrative/réglementaire

La fraude administrative et réglementaire relève des lois fédérales qui comprennent la loi sur la faillite et l'insolvabilité et la loi sur l'impôt sur le revenu. Dans de nombreux cas, les provinces ont mis en place des organismes chargés de faire appliquer la législation, tels que la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario, qui est chargée d'administrer la loi sur les valeurs mobilières de l'Ontario.

Au niveau fédéral, la loi sur la concurrence contient plusieurs infractions étroitement liées à la fraude. Elles comprennent les indications fausses ou trompeuses (art. 52.1), le télémarketing trompeur (art. 52.1(3)), la vente pyramidale ou les plans de commercialisation à plusieurs niveaux (art. 55 à 55.1) et la destruction ou la modification de documents (art. 65(3)).

Le code criminel prévoit que les sanctions pour fraude criminelle comprennent des amendes illimitées, des ordonnances de restitution et des peines d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 14 ans.

Si une personne est accusée de fraude de moins de 5 000 $, le ministère public a deux choix. Il peut procéder par mise en accusation et demander la peine maximale de deux ans de prison fédérale suivie de trois ans de probation. Si le ministère public décide plutôt de traiter l'accusation de fraude comme une condamnation sommaire, la peine maximale est de deux ans moins un jour dans une prison provinciale et une amende de 5 000 $.

Les tribunaux sont sévères

Un juge du tribunal de l'Ontario a fait cette observation à propos des peines infligées aux criminels en col blanc, dans une affaire où un homme a été condamné à six mois de prison pour avoir volontairement éludé 374 058 dollars d'impôts sur le revenu. Citant un jugement antérieur, il a déclaré "Le public, bien sûr, souffre lorsqu'un homme escroque le gouvernement de plus d'un demi-million de dollars. Quelqu'un d'autre doit combler ce manque à gagner et cela incombe à chaque citoyen. C'est pourquoi le public a intérêt à ce que ceux qui fraudent le gouvernement paient la sanction appropriée, et cette sanction doit être le reflet de la répulsion que ressent la société. La confiance du public doit être maintenue".

Dans une autre affaire devant un tribunal de l'Ontario impliquant un homme condamné pour contrefaçon de monnaie, le juge a fait remarquer les raisons pour lesquelles des peines sévères sont infligées pour ce crime en col blanc.

"Je suis tenu d'imposer une peine qui, à première vue, pour un crime en col blanc de grande ampleur, doit paraître relativement sévère. Il doit s'agir d'une peine qui reflète le principe de dissuasion générale. Il doit s'agir d'une peine qui, lorsqu'elle est infligée à d'autres contrefacteurs potentiels, les incite à réfléchir, à s'arrêter, à faire une pause et à se demander si le crime en vaut la peine ou non".

Il a ajouté qu'il avait examiné de nombreuses autres affaires similaires à titre d'exemple : "Le seul fait qui ressort clairement de toutes ces affaires est que la contrefaçon est une infraction qui est généralement considérée comme se situant sur l'échelle la plus élevée de la gravité des infractions dans la hiérarchie des infractions pénales non violentes ou en col blanc".

Dans un jugement de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador, nous recevons cette directive, qui cite à nouveau une décision antérieure : "Les crimes en col blanc sont généralement commis par des personnes qui n'ont pas de casier judiciaire et qui ont en fait de bons antécédents. Ce sont ces mêmes qualités qui leur permettent d'obtenir la confiance de leurs employeurs. Nous pouvons verrouiller nos portes contre les intrus et les criminels, mais nous sommes sans défense contre les attaques de l'intérieur, et en raison de leurs bons antécédents, les criminels en col blanc tels que les accusés sont capables d'attaquer et de causer des dommages importants de l'intérieur".

Enfin, cet avertissement sévère est contenu dans un jugement d'un tribunal provincial de la Colombie-Britannique : "Je pense qu'il est nécessaire de montrer aux personnes qui veulent aller chercher de l'argent auprès du public sans se conformer à la loi sur les valeurs mobilières que les sanctions peuvent être beaucoup plus sévères que cela, qu'elles ne peuvent pas simplement payer des amendes et s'en sortir de cette manière, et qu'il y a un danger très réel si une évasion délibérée de la loi a été constatée qu'elles iront en prison", peut-on lire dans le jugement.

S'attaquer à la criminalité en col blanc

En 2011, le gouvernement fédéral a adopté le projet de loi C-21, Loi sur la défense des victimes de la criminalité en col blanc, qui prévoit des peines plus sévères pour les fraudes. Il prévoit notamment une peine minimale obligatoire d'au moins deux ans pour les fraudes de plus d'un million de dollars. Un communiqué de presse du gouvernement indique que des peines moins lourdes peuvent également être augmentées si l'une de ces circonstances aggravantes est présente :

  • si la fraude a eu un impact important sur la victime, compte tenu de sa situation particulière, notamment son âge, son état de santé et sa situation financière ;
  • le non-respect par l'auteur de l'infraction des règles d'autorisation ou des normes professionnelles applicables ; et
  • l'ampleur, la complexité et la durée de la fraude et le degré de planification qui y a été consacré.

"Le gouvernement est à l'écoute des préoccupations des victimes de fraude et les aide à obtenir les dédommagements qu'elles méritent", avait alors déclaré le ministre de la justice. "Nous continuerons à prendre des mesures sévères contre la criminalité en col blanc et à protéger la sécurité de nos communautés".

Les affaires de criminalité en col blanc au Canada

Ces affaires montrent que les tribunaux sont sérieux dans la poursuite de la fraude. Elles illustrent également comment des avocats expérimentés peuvent contribuer à réduire les peines des personnes condamnées pour des crimes en col blanc.

  • En 1972, Harold Ballard a été reconnu coupable de 48 des 50 chefs d'accusation de vol, d'évasion fiscale et de fraude, selon la CBC. Lors de son procès, le juge a déclaré que le président des Maple Leaf Gardens avait fait preuve d'un "schéma de fraude évident" impliquant l'utilisation abusive de 205 000 dollars, dont 82 000 dollars de l'argent des Gardens utilisé pour la rénovation de sa maison, selon l'histoire, M. Ballard ayant été condamné à trois peines consécutives de trois ans à la prison de Millhaven, dont il n'a fait qu'un an.
  • En 1994, Alan Eagleson, agent des joueurs de la NHL et promoteur de hockey, a été accusé par le FBI de 34 chefs d'accusation de racket, d'obstruction à la justice, de détournement de fonds et de fraude aux États-Unis. La GRC l'a ensuite inculpé de huit chefs d'accusation de fraude et de vol. En 1998, il a plaidé coupable à trois chefs d'accusation de fraude postale à Boston et a été condamné à une amende de 700 000 dollars américains. Plus tard dans l'année, il a plaidé coupable de fraude et de détournement de centaines de milliers de dollars du tournoi de la Coupe du Canada et a été condamné à 18 mois de prison, dont il a purgé six.
  • En 2009, Garth Drabinsky et son cofondateur de Livent ont été reconnus coupables de fraude et de contrefaçon par la Cour supérieure de l'Ontario et il a été condamné à sept ans de prison. Il a fait appel et est resté en liberté sous caution jusqu'en 2011, date à laquelle la cour d'appel a réduit sa peine à cinq ans. Il a bénéficié d'une semi-liberté en 2013 et d'une libération conditionnelle totale en janvier 2014.
  • En 2017, après avoir orchestré la plus grande chaîne de Ponzi de l'histoire du Canada - avec 2 400 investisseurs mondiaux qui ont perdu jusqu'à 400 millions de dollars - deux hommes ont été libérés de prison après avoir purgé un peu plus de deux ans de leur peine de 12 ans, selon la CBC. "Le travail sur cette affaire ne s'est pas terminé au tribunal", a déclaré leur avocat à la CBC. "Nous sommes heureux que notre client soit en liberté et respecte les exigences de Corrections Canada".

Comment je peux aider

L'élaboration d'une défense pour les personnes accusées de criminalité en col blanc peut être complexe, car les lois régissant les différentes infractions qui entrent dans cette catégorie sont en constante évolution. Si vous êtes accusé d'un crime en col blanc, vous voulez un avocat qui se tient au courant de tous les nouveaux développements. Appelez-moi pour une consultation gratuite afin que nous puissions commencer à monter votre meilleur dossier à présenter au tribunal.