FAQ

Quelles preuves peuvent être utilisées pour / contre moi dans un procès pour fraude ?

Étant donné que la fraude financière implique des transactions monétaires, les documents papier et électroniques sont les formes de preuve les plus courantes. Dans de nombreuses affaires de fraude auxquelles j'ai participé, j'ai dû passer au crible les états financiers et les informations bancaires, en essayant de trouver des documents qui soutiennent mes clients. Tout type de document montrant que de l'argent a été transféré peut être utilisé comme preuve, ainsi que le témoignage de ceux qui prétendent avoir été fraudés.

Pour prouver avec succès une accusation de fraude, le ministère public doit démontrer au-delà de tout doute raisonnable que l'accusé a fraudé "par tromperie, mensonge ou autre moyen frauduleux" une personne ou une entreprise. Dans les cas où un employeur a été escroqué, le dossier de l'entreprise constitue généralement la base de l'accusation.

En tant qu'avocat de la défense, mon travail consiste à analyser soigneusement tous les documents, en essayant de trouver des incohérences pour mettre en doute les preuves du ministère public.

Les éléments essentiels de la fraude

Dans un jugement de 2014, la Cour suprême du Canada (CSC) a déclaré que toute fraude comporte deux éléments distincts :

  • Un acte interdit de tromperie ou de mensonge. S'il n'y a pas de tromperie ou de mensonge, les tribunaux recherchent un "acte malhonnête" ou ce qu'une personne raisonnable considérerait comme un acte malhonnête.
  • Une privation causée par l'action, liée à des biens, de l'argent ou tout autre service.

Une condamnation pour fraude requiert la preuve que l'accusé était conscient qu'il faisait quelque chose de mal, ajoute le jugement, et qu'il savait que ces actions feraient perdre quelque chose à une autre personne.

Dans une affaire de 1993, la Cour suprême a donné des indications sur ce qu'est un "acte malhonnête". La Cour a défini la malhonnêteté comme "une conception sournoise qui a pour effet, ou qui engendre le risque, de priver d'autres personnes de ce qui leur appartient ... la négligence ne suffit pas". Il ne suffit pas non plus de profiter d'une occasion au détriment de quelqu'un d'autre, lorsque cette occasion n'a pas été provoquée par un comportement peu scrupuleux, que ce comportement ait été délibéré ou téméraire. La malhonnêteté des "autres moyens frauduleux" est essentiellement l'utilisation illicite d'une chose dans laquelle une autre personne a un intérêt, de telle manière que l'intérêt de cette autre personne est éteint ou mis en danger. Dans ce contexte, une utilisation est "illicite" si elle constitue un comportement que des personnes raisonnables et décentes considéreraient comme malhonnête et sans scrupules". 

Qu'est-ce qui constitue une fraude ?

L'article 380, paragraphe 1, du Code criminel donne une définition générale de la fraude : "Quiconque, par tromperie, mensonge ou autre moyen frauduleux, qu'il s'agisse ou non d'un faux-semblant au sens de la présente loi, escroque le public ou toute personne, avéré ou non, de tout bien, argent ou titre de valeur ou de tout service".

Le délit de fraude civile (par opposition à la fraude criminelle) a été examiné par la CSC en 2014. Cette partie de l'arrêt commence par noter que "l'énoncé classique des éléments de la fraude civile découle d'une décision de 1889 de la Chambre des Lords ... où Lord Herschell a procédé à un examen approfondi de l'histoire du délit de tromperie".

Les éléments de fraude identifiés par Herschell en 1889 étaient les suivants : "Tout d'abord, pour qu'une action en tromperie puisse être soutenue, il faut qu'il y ait une preuve de fraude, et rien de moins que cela ne suffira. Deuxièmement, la fraude est prouvée lorsqu'il est établi qu'une fausse déclaration a été faite (1) en connaissance de cause, ou (2) sans croire en sa vérité, ou (3) de manière imprudente, sans se soucier de savoir si elle est vraie ou fausse.... Troisièmement, si la fraude est prouvée, le motif de la personne qui s'en est rendue coupable est sans importance. Il importe peu qu'il n'y ait eu aucune intention de tromper ou de blesser la personne à qui la déclaration a été faite".

La fausse déclaration doit "réellement [inciter le demandeur] à agir en conséquence", note Herschell, ajoutant que "sans la conduite délictueuse du défendeur, le demandeur n'aurait pas subi le préjudice reproché.

"Enfin, cette Cour a reconnu que la preuve de la perte est également requise. Comme ... "la fraude sans dommage ne donne ... aucune cause d'action."

Dans un jugement de 2014, la Cour suprême a élargi les éléments essentiels de la fraude pour inclure :

  • une fausse déclaration faite par le défendeur ;
  • un certain niveau de connaissance de la fausseté de la déclaration de la part du défendeur (que ce soit par connaissance ou par imprudence) ;
  • la fausse déclaration a incité le demandeur à agir ; et
  • les actions du demandeur ont entraîné une perte.

Préparation d'une défense pour fraude

Une défense efficace contre la fraude dépend toujours de l'affaire, et s'appuie sur les preuves que le ministère public a divulguées. J'ai traité avec succès une affaire dans laquelle mon client était accusé d'avoir fraudé son employeur après que de l'argent ait disparu d'un coffre-fort de l'épicerie où lui et son partenaire travaillaient.

Après l'avoir convoqué à une réunion avec plusieurs directeurs, l'employeur de mon client lui a dit qu'il devait admettre le crime, sinon lui et son partenaire perdraient tous deux leur emploi au magasin. Sous la contrainte, il a signé une lettre déclarant qu'il avait volé l'argent, cette lettre ayant été remise à la police.

Lorsque j'ai rencontré mon client, il m'a dit qu'il n'avait pas pris l'argent, et qu'il avait seulement admis l'avoir fait pour que sa partenaire puisse conserver son emploi au magasin. (Il s'est avéré que les deux ont été congédiés).

Son aveu verbal lors de cette rencontre, ainsi que la lettre qu'il a signée, étaient des preuves écrasantes contre lui. En tant qu'avocat de la défense, j'ai demandé au tribunal d'exclure ces preuves, compte tenu des tactiques musclées utilisées par son employeur pour les obtenir. Le tribunal a accepté et mon client a été acquitté des charges retenues contre lui.

Les faux aveux sont fréquents

Selon un document du ministère de la justice (DOJ), "Des individus innocents avouent parfois des crimes qu'ils n'ont pas commis. Comme l'a fait remarquer le juge Frank Iacobucci, au nom de cinq autres membres de la Cour suprême du Canada, "il peut sembler contre-intuitif que des personnes avouent un crime qu'elles n'ont pas commis... cependant, cette intuition n'est pas toujours correcte. Une littérature abondante s'est développée, documentant des centaines de cas où des aveux ont été prouvés faux par des preuves ADN, des aveux ultérieurs par le véritable auteur, et d'autres sources de preuves indépendantes de ce type".

Le projet Innocence à New York a constaté qu'un peu plus d'un quart des 130 exonérations post-condamnation basées sur des preuves ADN impliquaient de faux aveux, indique le document du DOJ. "Le problème peut ou non être aussi important au Canada qu'aux États-Unis ; cependant, il est clair que les commissions d'enquête canadiennes se sont concentrées sur la question et ont fait des recommandations concernant le recueil des déclarations des suspects et des témoins".

Les moyens de défense fondés sur la Charte peuvent être montés

La plupart des preuves dans une affaire de fraude consistent en des documents financiers, montrant les transferts et les transactions. Toutefois, si, en obtenant ces dossiers, la police a violé un ou plusieurs des droits garantis par la Charte canadienne des droits et libertés, cette action doit être portée à l'attention du tribunal.

Par exemple, l'article 8 de la Charte stipule que "Toute personne a droit à la protection contre les fouilles, les perquisitions ou les saisies abusives". Si la police utilisait un mandat défectueux pour saisir des preuves, je présenterais une requête en vertu de la Charte au nom de mon client pour exclure toute preuve recueillie lors de cette perquisition illégale. Si cette motion est acceptée et que les preuves sont rejetées, cela pourrait sérieusement nuire à la cause de la Couronne.

Le manque de preuves conduit à l'acquittement

À Terre-Neuve, une femme accusée d'avoir utilisé la carte de crédit d'une autre femme sans autorisation a été acquittée de deux chefs d'accusation de fraude en raison du témoignage vague et contradictoire donné au cours du procès, note un reportage de la CBC. Dans sa décision, la juge a cité des exemples où des dates, des heures et des messages textuels ont été mélangés dans les témoignages.

"Ils rendent très mal à l'aise de croire ces détails. Selon l'histoire, "quelle version doit-on accepter comme étant véridique au-delà de tout doute raisonnable", a demandé la juge. "Sur la base de ces commentaires concernant la fragilité de cette preuve, je ne suis pas convaincu que les éléments des infractions ont été prouvés au-delà de tout doute raisonnable."

Laissez-moi travailler en votre nom

Les allégations de fraude sont prises au sérieux par la police et les tribunaux. Si vous êtes condamné, votre casier judiciaire peut affecter votre travail, votre réputation, votre famille et votre liberté personnelle.

J'ai aidé de nombreux clients dans ces affaires, en leur assurant le meilleur résultat possible. Si la police vous a convoqué pour un entretien ou un interrogatoire, ne faites pas de déclaration. Appelez-moi d'abord pour une consultation gratuite.

Filed Under
Fraude