FAQ

Qu'est-ce qui est la présence illégale dans une maison d'habitation ?

Si une personne se trouve dans une résidence quelconque et n'est pas invitée, elle peut être accusée de se trouver illégalement dans une maison d'habitation. On suppose qu'elle a des intentions criminelles, telles que le vol, ou qu'elle cherche à provoquer une rencontre non désirée avec les résidents de la maison.

L'article 349 du code criminel stipule ce qui suit : "Toute personne qui, sans excuse légitime, entre ou se trouve dans une maison d'habitation avec l'intention d'y commettre un acte criminel est coupable d'un acte criminel et passible d'un emprisonnement maximal de 10 ans ou d'une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire".

Pour obtenir une condamnation, le ministère public doit prouver que l'accusé n'avait aucune justification pour entrer dans les locaux ou la permission d'y entrer, et qu'il avait l'intention de commettre un acte criminel.

Que se passe-t-il si quelqu'un pénètre innocemment dans une habitation ?

Si une personne est trouvée dans un logement mais peut démontrer qu'elle n'avait pas l'intention de commettre un acte criminel, il est possible de prouver que cette accusation ne lui est pas applicable.

La deuxième partie de l'article 349 du code stipule "Aux fins des procédures prévues par le présent article, la preuve qu'un accusé, sans excuse légitime, est entré ou se trouvait dans une maison d'habitation est, en l'absence de toute preuve contraire, la preuve qu'il est entré ou se trouvait dans la maison d'habitation avec l'intention d'y commettre un acte criminel".

J'avais un client qui était entré dans une roulotte de chantier garée dans la rue. Il m'a dit qu'il l'avait fait juste pour s'amuser, sans intention de voler ou d'endommager ce qui se trouvait à l'intérieur. Mais il a quand même été accusé d'avoir pénétré illégalement dans une habitation. Après d'importantes négociations avec le ministère public, au cours desquelles j'ai fait remarquer qu'une roulotte de chantier ne correspondait pas à la définition d'une habitation et qu'il n'avait aucune intention criminelle, j'ai pu obtenir l'abandon des charges.

En échange, mon client a accepté d'effectuer 10 heures de travaux d'intérêt général, ce qui lui a permis d'obtenir un casier judiciaire vierge.

Les coups de porte entraînent une accusation d'entrée illégale

Un homme de Terre-Neuve a été accusé d'être entré illégalement dans une maison d'habitation après avoir frappé à la porte d'un voisin pour se plaindre des bruits de tambour qui se produisaient à l'intérieur. Selon un jugement de la Cour provinciale de Terre-Neuve-et-Labrador, l'homme a frappé à la porte à trois reprises.

"Il dit qu'après le troisième coup, la porte s'est ouverte", peut-on lire dans les documents du tribunal. "Il dit qu'il ne l'a pas ouverte mais qu'il soupçonnait que le mécanisme de verrouillage ne fonctionnait pas correctement lorsque la porte s'est ouverte suite à son coup et sans qu'il ait tourné la poignée de porte ... le défendeur dit qu'il n'est pas entré".

Debout sur le porche, l'homme a parlé à une jeune femme résidant dans la maison, en lui disant "quelque chose à l'effet qu'ils n'étaient pas autorisés à avoir de la musique comme au Mile One Stadium et qu'ils pourraient recevoir une amende de 500 $ pour avoir fait ce bruit. Après avoir dit son discours, le défendeur dit qu'il a tourné et est parti et est retourné chez lui".

Une fois rentré, l'homme a téléphoné à la mère des enfants de la maison voisine pour se plaindre de la musique. Selon les documents du tribunal, la mère et la fille ont toutes deux affirmé que l'homme était "bruyant et jurait, mais il n'y a aucune preuve que des menaces aient été proférées par le défendeur".

La police a été appelée et l'homme a été accusé de s'être trouvé illégalement dans une maison d'habitation. Le tribunal a rejeté cette accusation "au motif que les preuves n'ont pas démontré au-delà de tout doute raisonnable que le défendeur était entré dans la maison". L'intention requise pour commettre un acte criminel n'a pas non plus été prouvée", selon le jugement.

La consommation de drogue est un facteur commun à ce crime

Les personnes accusées d'être en situation irrégulière dans une maison d'habitation sont souvent sous l'influence de drogues ou d'alcool.

À Guelph, en Ontario, un homme a été arrêté après que la propriétaire de la maison l'ait vu escalader une clôture de propriété alors qu'elle promenait son chien, selon une histoire. La police a été appelée, et lorsque les agents sont arrivés sur les lieux, l'homme "semblait désorienté, révélant plus tard à la police qu'il avait ingéré de la cocaïne".

À Thunder Bay, en Ontario, cinq suspects faisaient face à de nombreuses accusations, dont celle d'être entré illégalement dans une maison d'habitation après avoir été trouvé avec "du crack, une quantité d'argent et d'accessoires correspondant à un trafic de drogue", selon un reportage.

"Les agents ont appris qu'un certain nombre de personnes se trouvaient dans une maison qui aurait dû être inoccupée, et sont entrés dans la résidence pour la vider", ajoute l'article.

A Halifax, "une combinaison de boisson, de fatigue et de faim a conduit à l'arrestation d'un homme de 20 ans non invité" dans une maison, selon ce reportage.

On peut y lire qu'à 3 heures du matin, "un propriétaire s'est réveillé et a trouvé un homme ivre qui dormait sur le canapé". Il semble qu'il soit entré par une porte non verrouillée, s'est préparé une collation et s'est ensuite endormi sur le canapé du salon".

L'histoire ajoute qu'"une tasse de thé et de la confiture sur une tortilla ont été faites" par un homme qui a ensuite été inculpé pour possession de drogue et présence illégale dans une maison d'habitation.

Nourrir les animaux sans défense

À Kamloops, en Colombie-Britannique, les habitants sont retournés chez eux pour "trouver un étranger assis sur leur divan avec une tasse de café", selon un reportage. "Il avait allumé un feu dans la cheminée et s'était préparé un repas. Il a dit qu'il était passé en voiture et que la porte était ouverte, alors il est entré", a déclaré le procureur de la Couronne à un tribunal provincial.

"L'accusé semble avoir fait un peu de lessive. Il a également nourri les chats et donné un peu de foin aux chevaux", a déclaré le procureur, selon le rapport : "Il a utilisé (la brosse à dents et le rasoir des résidents), il avait sorti de la viande du congélateur pour la décongeler et il avait écrit dans leur journal."

Il a également écrit dans le journal : "Je ne me sens pas seul ici, je suppose qu'avec 2 chats et 3 chevaux, c'est un peu difficile d'être seul", selon l'histoire. "La nuit dernière, j'ai eu un incendie dans la maison. C'était tellement (paisible). J'ai dormi comme un petit bébé".

Les tribunaux considèrent cela comme un "délit grave".

Bien que l'accusation de présence illégale dans une maison d'habitation soit moins grave que celle d'introduction par effraction, il s'agit toujours d'un crime, comme le renforce un arrêt de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador.

L'accusé a été condamné à 35 jours de prison pour s'être trouvé illégalement dans une maison d'habitation. Le jugement a noté : "Le fait de se trouver illégalement dans une maison d'habitation est un délit grave et la peine que je prononce [l'accusé] doit le dissuader, lui et d'autres, de récidiver. J'ai reçu une déclaration de la victime ... il est clair pour moi, après l'avoir examinée, que [la victime] se sent souillée par la façon dont [l'accusé] et ses compagnons ont violé sa vie privée. Cette citation de la déclaration de la victime souligne mon observation : "Depuis que le cambriolage a eu lieu, je ne sais pas si cela va se reproduire. Lorsque je quitte la maison, je dois vérifier encore et encore que les portes sont bien verrouillées. J'ai peur de quitter la maison à tout moment".

Souvent accompagné d'autres accusations

De nombreuses personnes accusées de s'être trouvées illégalement dans une maison d'habitation doivent également faire face à d'autres accusations liées à l'incident. Selon ce jugement de la Cour d'appel du Manitoba, l'appelant a été condamné à une peine de 7,5 ans par un tribunal inférieur pour le crime de présence illégale dans une maison d'habitation. Il a également été condamné à une peine de cinq ans pour vol, à deux ans pour menaces de mort ou de lésions corporelles et à un an pour supposition frauduleuse de personne dans l'intention d'obtenir un avantage, toutes ces peines devant être purgées simultanément.

Le tribunal a été informé que "l'accusé s'est rendu au domicile de la victime avec un complice anonyme pour faire valoir une dette de drogue de la victime, un cocaïnomane sous crack. L'accusé et le complice sont entrés au domicile de la victime à 5 heures du matin. La victime dormait dans son lit. Une colocataire, atteinte de troubles cognitifs et souffrant de problèmes de santé mentale, a ouvert la porte. La victime a été battue, volée et menacée avec un objet en acier. La colocataire vulnérable a également été menacée".

En rejetant l'appel, la cour a noté : "Le ministère public reconnaît à juste titre que la peine de sept ans et demi est significative pour le délit de présence illégale dans une maison d'habitation. Cependant, le ministère public soutient que la peine a droit à la déférence, étant donné les infractions commises par l'accusé, son passé et l'ensemble des circonstances ... bien qu'il aurait pu être préférable, d'un point de vue analytique, que le juge de première instance attribue la peine la plus élevée au vol, nous ne voyons aucune erreur de principe de la part du juge de première instance attribuant la peine la plus élevée à l'infraction d'être illégalement dans une maison d'habitation dans les circonstances de cette affaire".

Un avocat expérimenté fait la différence

Les personnes accusées de se trouver dans une maison d'habitation doivent demander un avis juridique dès que possible. Si vous êtes condamné, vous risquez une peine de prison et un casier judiciaire qui auront un impact sur votre réputation et votre capacité à trouver un autre emploi. Ne prenez pas ce risque. Appelez-moi pour une consultation gratuite dans l'une ou l'autre des langues officielles. Je serai la seule personne à qui vous parlerez dans mon cabinet et je me battrai pour obtenir le meilleur résultat.

Filed Under
Vol Qualifie