FAQ

Qu'est-ce que la production de drogues illicites ?

Le système judiciaire canadien traite sévèrement les crimes liés à la production de drogues illicites. La peine à laquelle vous serez condamné dépend d'un certain nombre de facteurs, les principaux étant le type de drogue produite et les niveaux de production. Si vous êtes pris en train de fabriquer des drogues dures comme l'héroïne, vous risquez une peine d'emprisonnement à vie, tandis que ceux qui gèrent des installations de culture de marijuana à grande échelle peuvent être condamnés à deux ou trois ans de prison.

En quoi consiste la production d'une substance illégale ?

Selon la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, la production peut comprendre les activités suivantes:

  • la fabrication, la synthèse ou l'utilisation de tout moyen permettant de modifier les propriétés chimiques ou physiques de la substance ;
  • la culture, la propagation ou la récolte de la substance ou de tout être vivant dont la substance peut être extraite ou autrement obtenue ; et
  • l'offre de produire une drogue illégale.

Quelles sont les peines prévues pour la production de drogues ?

Selon l'article 7 de la Loi, il est interdit de produire une substance inscrite à l'annexe I, II, III ou IV. Toutes les drogues illégales font partie de l'une de ces annexes.

Selon la Loi, l'accusation de production d'une drogue de l'annexe I (qui comprend l'héroïne, la cocaïne et le fentanyl) est traitée comme un acte criminel, et une peine d'emprisonnement à vie est possible. La peine minimale est de deux ans, mais ce minimum passe à trois ans si l'une des circonstances aggravantes suivantes est présente :

vous avez utilisé un bien immobilier appartenant à un tiers pour commettre l'infraction ;

la production constituait un danger potentiel pour la sécurité, la santé ou la sûreté des personnes de moins de 18 ans qui se trouvaient à proximité du lieu où l'infraction a été commise ;

la production constituait un danger potentiel pour la sécurité publique dans une zone résidentielle ; ou

vous avez posé ou placé un piège ou un dispositif susceptible de causer la mort ou des lésions corporelles à une autre personne à l'endroit où l'infraction a été commise.

Si vous êtes accusé de l'acte criminel de produire une drogue inscrite à l'annexe II (une catégorie qui comprend le cannabis et ses dérivés, comme le haschisch), vous risquez la prison à vie. La peine minimale est d'un an si la production a pour but le trafic. La peine minimale est portée à 18 mois si la production a pour but le trafic et si l'une des circonstances aggravantes énumérées ci-dessus s'applique.

Si vous êtes accusé d'un acte criminel de production d'une drogue figurant à l'annexe III (qui comprend le LSD et les champignons magiques) ou à l'annexe IV (qui comprend les barbituriques, le diazépam et la benzodiazépine), la Couronne peut le traiter comme un acte criminel passible d'une peine maximale de 10 ans d'emprisonnement. Si l'accusation est traitée comme une déclaration sommaire de culpabilité, la peine maximale est de 18 mois d'emprisonnement.

Quelle est la peine pour la possession de matériel de fabrication de drogue ?

Selon l'article 7.1 (1) de la Loi, il est illégal de posséder, de produire, de vendre ou d'importer toute chose pouvant servir à la production de drogues illégales. Si l'accusation est traitée comme un acte criminel, la peine maximale est de 10 ans de prison, avec une peine maximale de 18 mois si l'accusation est traitée comme une déclaration sommaire de culpabilité.

Quelle quantité de marijuana une personne peut-elle produire ?

La loi fédérale sur le cannabis stipule que les Canadiens âgés de 19 ans ou plus sont autorisés à cultiver, à partir de graines ou de semis autorisés, jusqu'à quatre plants de cannabis par résidence pour leur usage personnel. Mais les provinces sont autorisées à établir leurs propres règles en matière de cannabis, c'est pourquoi au Québec, il faut avoir 21 ans pour posséder du cannabis et les Québécois ne sont pas autorisés à en cultiver chez eux. En 2019, un tribunal a annulé cette restriction et a statué que les Québécois sont autorisés à cultiver jusqu'à quatre plants de marijuana chez eux, bien que le gouvernement fasse appel de ce jugement.

En Ontario, un document provincial indique que toute personne âgée de 19 ans ou plus peut cultiver jusqu'à quatre plants de cannabis par résidence, et non par personne. Par exemple, si vous partagez un appartement avec deux autres personnes de 19 ans, le groupe d'entre vous n'est toujours autorisé à cultiver que quatre plants dans la résidence. De plus, ces plants doivent être destinés à un usage personnel, le matériel de départ doit être acheté à l'Ontario Cannabis Store ou dans un magasin de détail autorisé et la production ne doit pas être interdite par votre contrat de location ou les règlements de copropriété.

Il est également possible d'obtenir une licence de Santé Canada pour cultiver soi-même du cannabis à des fins médicales, ou de désigner quelqu'un d'autre pour le cultiver en votre nom.

Que fait le gouvernement pour sévir contre les fabricants de médicaments ?

En 2007, le gouvernement fédéral a mis en œuvre une vaste stratégie nationale antidrogue visant à réduire l'offre et la demande de drogues illicites. L'un des objectifs est de réduire la production de drogues dans le pays, comme les installations de culture de marijuana à grande échelle et les laboratoires clandestins utilisés pour produire des drogues comme le LSD. La stratégie prévoit d'allouer plus d'argent aux forces de police pour qu'elles développent leurs équipes anti-drogue.

Que fait la police au sujet de la production de drogues ?

En 2009, le gouvernement fédéral a annoncé le lancement de l'Initiative sur les drogues synthétiques. Le programme dirigé par la GRC se concentre uniquement sur les drogues synthétiques afin de réduire l'influence globale du crime organisé en matière de trafic de drogues au Canada. L'initiative vise également à lutter contre les précurseurs chimiques provenant de sources étrangères et nationales.

Les forces de police de tout le pays recherchent activement les installations de production de drogues. Selon cette déclaration de la GRC, les laboratoires clandestins de drogues synthétiques sont utilisés pour produire ou préparer des drogues synthétiques comme la méthamphétamine et la MDMA, mieux connue sous le nom d'ecstasy. Ces laboratoires "présentent de grands dangers pour les personnes qui vivent à proximité, les premiers intervenants et les exploitants des laboratoires", prévient la GRC, car ils peuvent déclencher un incendie ou une explosion en raison des solvants et des gaz utilisés.

Selon les informations de Statistique Canada, la police a procédé en 2019 à 907 arrestations liées à la production ou à l'importation/exportation de cannabis. Les accusations pour la production d'autres drogues cette année-là comprennent 595 pour le cannabis, 369 pour la méthamphétamine, 318 pour l'ecstasy, 140 pour l'héroïne et 2 629 pour la production d'autres drogues ou substances interdites.

Les installations de culture de la marijuana sont-elles dangereuses ?

Selon les informations de l'Association canadienne de l'immeuble (ACI), "aucune collectivité n'est à l'abri des installations de culture de la marijuana ; on en trouve dans toutes les provinces et tous les territoires du Canada. La majorité se trouve dans des quartiers résidentiels, mais on en a également découvert dans des zones commerciales et industrielles."

Les modifications radicales apportées aux bâtiments qui abritent ces installations de culture peuvent créer un certain nombre de risques potentiellement dangereux, indique le rapport, expliquant que le détournement de l'électricité et l'altération du câblage électrique peuvent entraîner des incendies de maison. Le réaménagement de la ventilation de la fournaise pour faire circuler l'air afin de nourrir les plantes en pot peut également faire circuler les gaz d'échappement de la fournaise dans la maison, ce qui entraîne une accumulation de gaz toxiques qui sont finalement libérés dans le voisinage, selon l'ACI.

Une importante saisie de fentanyl en C.-B.

En mai 2021, la GRC a démantelé un laboratoire de drogues à Port Coquitlam, en Colombie-Britannique, qui aurait pu produire suffisamment de fentanyl en trois semaines pour fournir des doses mortelles à toute la population du Canada, selon un reportage. On y lit que la police a saisi 37 kg de produits chimiques associés à la production de fentanyl pur, ce qui représente "environ 13 millions de doses potentiellement mortelles, soit l'équivalent d'une dose mortelle pour plus de deux fois et demie la population de la Colombie-Britannique."

L'article ajoute que le laboratoire était conçu pour créer 26 kg de fentanyl pur par semaine, "ce qui signifie qu'après trois semaines, le laboratoire aurait pu produire suffisamment de fentanyl pour administrer une dose mortelle à la population du Canada."

Un incendie mène à la découverte de la production de médicaments

Lorsque les pompiers de Richmond, en Colombie-Britannique, sont arrivés sur les lieux d'un incendie de maison en octobre 2020, ils ont trouvé 15 fours, des piles de boîtes à pizza et des plaques d'une étrange substance translucide ressemblant à du caramel, selon un reportage. Ils ont appelé la police, qui a déclaré que la maison était utilisée comme un laboratoire d'extraction de cannabis et que la substance ambrée était "du shatter, un concentré de cannabis relativement nouveau dont la puissance est quatre à six fois supérieure à celle de la marijuana légale."

Vingt-cinq kilogrammes de cette drogue produite illicitement ont été saisis, pour une valeur de 2 millions de dollars, selon l'article, qui ajoute que les boîtes à pizza servaient de couverture pour transporter et livrer la drogue aux acheteurs.

Le reportage précise que le shatter est un dérivé de la marijuana, expliquant que si la plupart des marijuana ont un taux de THC compris entre 12 et 20 %, le shatter a un taux de THC de 80 à 90 %.

Comment je peux vous aider

En raison de la gravité du délit, il existe une gamme limitée de peines possibles pour une personne reconnue coupable de production de drogue, en particulier si vous êtes pris en train de produire une drogue de l'annexe 1. Quelles que soient les circonstances, j'examinerai soigneusement les preuves de la Couronne et vous conseillerai sur la meilleure façon de vous défendre contre l'accusation. La première consultation, en français ou en anglais, est gratuite, avec des honoraires fixes pour chacune des phases suivantes de votre affaire. Contactez-moi pour que nous puissions commencer à constituer votre dossier.

 

Filed Under
Drogues