FAQ

Quels sont mes moyens de défense si je suis accusé d'un crime lié à la drogue ?

Une condamnation pour possession de drogue entraîne de graves conséquences. De lourdes amendes et des peines d'emprisonnement sont possibles. À cela s'ajoute le casier judiciaire qu'elle entraîne, qui limitera vos perspectives d'emploi et vos déplacements internationaux. Un avocat pénaliste expérimenté peut vous exposer des stratégies de défense et vous aider à choisir celle qui convient le mieux à votre situation. Passons en revue les défenses les plus courantes qui peuvent être utilisées.

Les droits que vous confère la Charte ont-ils été violés ?

La Charte canadienne des droits et libertés protège tous les citoyens contre les fouilles, les perquisitions ou les saisies abusives et contre la détention arbitraire. La police ne peut pas vous arrêter dans la rue ou arrêter votre voiture et la fouiller simplement parce qu'elle pense trouver de la drogue. Ils doivent avoir des motifs raisonnables.

Une décision de 2018 de la Cour d'appel de l'Ontario renforce le fait que la police ne peut pas piétiner les droits de la Charte lorsqu'elle mène une enquête. Il s'agissait d'un homme condamné par un tribunal inférieur pour trois chefs d'accusation de possession de différentes drogues dans le but d'en faire le trafic, dont un chef de possession de fentanyl dans le but d'en faire le trafic.

Le juge de la cour d'appel a annulé les condamnations et libéré l'homme, en faisant remarquer que la police n'avait pas de mandat pour fouiller son domicile. En outre, la police a refusé à l'homme l'accès à un avocat pendant plusieurs heures après son arrestation. Le jugement de la Cour a rappelé aux policiers leur devoir de respecter les règles de la Charte.

"Le droit à un avocat est une bouée de sauvetage pour les personnes détenues", peut-on lire. "Grâce à cette bouée de sauvetage, les personnes détenues obtiennent, non seulement des conseils juridiques et des orientations sur les procédures auxquelles elles seront soumises, mais aussi le sentiment qu'elles ne sont pas entièrement à la merci de la police pendant leur détention. La valeur psychologique de l'accès à un avocat sans délai ne doit pas être sous-estimée."

Si je peux démontrer que vos droits en vertu de la Charte ont été violés, je peux demander que toute preuve recueillie lors de ces actions illégales soit exclue du procès, ce qui entraîne souvent un rejet des accusations si cela est accordé.

La police a-t-elle outrepassé les pouvoirs accordés par le mandat ?

Le Code criminel donne à la police et aux autres agents de l'État le pouvoir d'examiner " la personne ou les biens d'une personne " afin de rechercher des preuves. En vertu de l'article 487 du Code, les juges accorderont un mandat à la police s'il y a " des motifs raisonnables de croire qu'il fournira des éléments de preuve relativement à la perpétration d'une infraction ou qu'il révélera le lieu où se trouve une personne qui est soupçonnée d'avoir commis une infraction ".

Un rapport du Sénat note que si la police a le pouvoir de fouiller un lieu avec un mandat, elle "n'a pas le droit de fouiller les personnes trouvées sur les lieux. Cependant, la police peut fouiller une personne qui a été arrêtée légalement. La police est autorisée à saisir les objets énumérés dans le mandat de perquisition et d'autres objets qui sont à la vue de tous. Une fois saisis, ces objets doivent alors généralement être amenés devant un juge de paix."

Un juge des Territoires du Nord-Ouest a rejeté les accusations de drogue portées contre deux hommes après que la police a outrepassé les pouvoirs accordés dans un mandat. Selon un reportage, la police avait obtenu un mandat pour fouiller une chambre d'hôtel de Yellowknife où elle pensait trouver de la cocaïne. Lorsqu'ils sont arrivés pour exécuter ce mandat, les policiers ont vu les suspects entrer dans une autre chambre de l'hôtel, ils ont donc fouillé cette chambre également et ont trouvé 200 grammes de cocaïne.

En rejetant les accusations de drogue contre les deux hommes, le juge a déclaré que les observations des officiers concernant l'entrée des suspects dans la deuxième chambre n'ont pas établi de "motifs raisonnables de croire que des preuves y seraient trouvées".
L'article ajoute que le juge a déclaré que le "droit des hommes à ne pas être soumis à des fouilles arbitraires était suffisamment sérieux pour que les drogues saisies soient exclues du procès."

Vous n'étiez pas au courant de la présence de substances illégales ?

Si la police obtient un mandat pour fouiller une résidence et qu'elle y trouve de la drogue, elle peut accuser tous ceux qui y vivent de possession. En effet, la possession implique une connaissance et un certain degré de contrôle de la drogue. Si la substance illégale est trouvée sur le comptoir de la cuisine, la police soutiendra que toute personne résidant à cet endroit aurait dû être au courant de sa présence.

Toutefois, si un colocataire a apporté la drogue dans la résidence et l'a gardée à son insu, il est possible de faire valoir que vous ne saviez pas qu'elle se trouvait dans la maison.

Selon un reportage, un camionneur américain a déclaré à un tribunal de Lethbridge qu'il ne savait pas que 84 briques de cocaïne étaient cachées dans la cabine de son camion, découvertes lorsqu'il a traversé la frontière.

D'une valeur marchande comprise entre 6,5 et 8 millions de dollars, la drogue a été trouvée derrière un four à micro-ondes, dans un tiroir, au pied d'un lit et sous un matelas, selon l'article. L'article ajoute que le chauffeur du camion affirme qu'il n'était pas au courant de leur présence, ce qui suggère qu'ils ont pu être placés par d'autres personnes lorsqu'il a laissé le camion déverrouillé pour prendre une douche et manger avant de traverser la frontière. Un verdict n'a pas encore été rendu dans cette affaire.

Avez-vous été piégé par la police ?

Le piégeage peut se produire de deux façons. Premièrement, si la police vous donne l'occasion de commettre une infraction même si elle n'a pas de soupçon raisonnable que vous êtes déjà engagé dans une activité criminelle. La deuxième est lorsque la police a un soupçon raisonnable que vous êtes engagé dans une activité criminelle et qu'elle vous incite à commettre l'infraction.

Selon un rapport du Sénat sur les drogues illicites, la Cour suprême du Canada a établi une liste non exhaustive de facteurs qu'un tribunal doit évaluer pour déterminer si la conduite de la police va plus loin que le fait de fournir une occasion.

"Le tribunal doit adopter une approche contextuelle, et la doctrine ne s'appliquera que dans les "cas les plus clairs", peut-on lire. "Si l'accusé réussit à prouver qu'il y a eu piège, la réparation est une suspension de la procédure".

Le rapport ajoute que "l'activité illégale de la police ne constitue pas automatiquement un abus de procédure. La légalité des actions de la police n'est qu'un facteur à prendre en considération, "bien qu'il soit important".

Vous avez été trouvé avec une quantité insignifiante de drogue ?

La défense de minimis non curat lex (la loi ne devrait pas se préoccuper de futilités) peut servir de défense à une accusation de possession si une très petite quantité d'une drogue illégale a été saisie.

En 1985, le tribunal de comté de Vancouver a acquitté un homme qui avait été trouvé en possession d'un flacon de pilules contenant un filtre de cigarette. Selon le jugement, le filtre contenait de la pentazocine, qui était alors une drogue à usage restreint en vertu de la Narcotic Control Act, l'ancêtre de l'actuelle Controlled Drugs and Substances Act. (La pentazocine est une drogue de l'annexe I en vertu de la loi actuelle).

Le jugement note que "l'argument de minimis en relation avec la simple possession a été appliqué ou non de manière quelque peu incohérente. Il semblerait que la quantité de drogue ne soit pas pertinente si elle est sous une forme utilisable. Cependant, lorsque la drogue est sous une forme altérée (c.-à-d. brûlée) et donc complètement inutile, la défense de minimis semble être disponible."

Le tribunal a cité une décision de la Cour suprême de l'Alberta de 1954, où un homme a été arrêté alors qu'il se trouvait en compagnie d'un trafiquant de drogue et de toxicomanes. La police n'a pu détecter aucune drogue sur l'accusé, mais une analyse de la poussière prélevée dans ses poches a révélé la présence d'environ 1/1000e de gramme d'héroïne.

Le juge de première instance a noté que cette substance "ne pouvait pas être touchée ... était complètement inutile et sans valeur sur le plan médical, et complètement inutile et sans valeur pour un toxicomane ou quiconque", peut-on lire dans le jugement. Il a ensuite rejeté l'accusation de possession qui avait été retenue par un tribunal inférieur, notant que "l'argument selon lequel l'accusé était illégalement en possession d'héroïne comme le prévoit la loi ... demande à la Cour de pousser les conclusions jusqu'à l'absurde. En effet, à mon avis, elle est si artificielle et si éloignée de la réalité qu'elle frise presque le fantastique. Je ne peux pas me faire à l'idée qu'il y a eu possession illégale d'héroïne dans l'esprit du Parlement, dans ce qui était autrement des poches vides".

Ne faites pas face à une accusation de drogue seul

Dans tout procès, la Couronne doit établir la culpabilité au-delà de tout doute raisonnable. En tant qu'avocat de la défense expérimenté, j'examinerai les détails de leurs preuves et tenterai de trouver des incohérences. Si vous êtes accusé d'un crime lié à la drogue, ne faites pas de déclaration à la police, car cela pourrait nuire à votre défense. Appelez-moi plutôt pour une consultation gratuite.

Filed Under
Drogues