FAQ

Qu'est-ce qu'un dossier de tiers et pourquoi est-il important ?

Les dossiers de tiers sont des documents contenant des informations personnelles sur la victime ou un témoin en rapport avec votre affaire. Il s'agit d'un document dont la personne suppose qu'il ne sera jamais rendu public, car les informations sont souvent de nature personnelle. Voici quelques exemples de dossiers de tiers :

  • les notes prises par un conseiller, un thérapeute, un psychologue ou un médecin
  • dossiers d'hôpitaux
  • les dossiers d'un organisme de protection de l'enfance ou de services sociaux
  • les dossiers d'un employeur ou d'une école, et
  • les journaux intimes de la victime.
  • Dans certains cas, les courriels et autres correspondances en ligne

Dans certaines affaires d'agression sexuelle, l'accusé peut vouloir accéder à ces dossiers en tant que preuve, estimant que les informations peuvent être pertinentes pour sa défense. L'obtention de ces documents nécessite une approche détaillée en deux étapes que les avocats pénalistes ayant une expérience dans ce domaine, comme moi, peuvent guider les accusés. Mais avant de nous lancer dans ce processus, examinons une affaire très médiatisée qui montre l'importance des dossiers de tiers.

Les courriels "privés" ne sont pas si privés

En 2016, une personnalité reconnue de la radio nationale a été confrontée à de multiples allégations d'agression sexuelle impliquant six femmes à Toronto. Après un court procès, il a été acquitté, le juge ayant décidé qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour établir un doute raisonnable.

L'une des raisons de ce doute était les dossiers de tiers obtenus par son avocat, montrant que deux plaignantes avaient échangé environ 5 000 courriels sur les preuves qu'elles devaient fournir. La divulgation de ces courriels privés est notée dans le jugement sous le sous-titre "Collusion possible". Comme l'a écrit le juge : "L'extrême dévouement pour faire tomber [l'accusé] est clairement démontré dans la correspondance électronique ... si cette colère et cet animosité peuvent simplement refléter les sentiments légitimes des victimes d'abus, cela soulève également la nécessité pour la Cour de procéder avec prudence".

Développement de cette législation

Le ministère de la justice a étudié divers aspects des agressions sexuelles pendant des décennies, y compris les dossiers de tiers. Un jugement de la Cour suprême du Canada de 1995 a établi un processus en deux étapes sur la manière et le moment de produire ces dossiers.

Suite à cette décision, le Parlement a modifié le Code pénal en 1997 par le biais du projet de loi C-46, en ajoutant une section précisant le type de dossiers que cette loi engloberait. Il s'agit des dossiers médicaux, psychiatriques, thérapeutiques, de conseil, d'éducation, d'emploi, de protection de l'enfance, d'adoption et de services sociaux, des journaux et agendas personnels et des dossiers contenant des informations personnelles protégées par la loi.

Le Code pénal a été mis à jour en 2018, en supprimant ou en abrogeant les passages et les dispositions qui ont été jugés inconstitutionnels ou qui présentent des risques au regard de la Charte canadienne des droits et libertés, ainsi qu'en supprimant les dispositions qui n'ont plus leur place dans le droit pénal. Les changements ont également clarifié l'admissibilité et l'utilisation du dossier d'un plaignant lorsqu'il est en possession de l'accusé, et ont fourni une procédure qui devrait être utilisée dans les circonstances.

Dans toute procédure de demande, le tiers et le plaignant ont tous deux le droit d'agir et peuvent être représentés par un avocat. Bien qu'ils soient connus comme des demandes de tiers, les dossiers peuvent également résider chez le plaignant et être connus comme des "dossiers personnels", tels que des journaux intimes.

La législation stipule clairement que pour toutes les infractions sexuelles, la défense n'a pas le droit de divulguer les dossiers des tiers. Cependant, la défense peut demander au tribunal de contraindre un tiers à produire certains dossiers s'ils sont "vraisemblablement pertinents", mais nous reviendrons plus tard sur ces mots essentiels.

Demande de dossier d'un tiers

La première chose à garder à l'esprit est que presque tout peut être considéré comme un dossier de tiers. Les textes ou les messages Facebook peuvent entrer dans cette catégorie, selon la manière dont ils ont été envoyés. S'ils sont échangés en privé entre deux personnes, le tribunal statuera probablement qu'il s'agit de dossiers de tiers, par opposition à une personne qui écrit un message sur son mur virtuel, ouvert à tous.

Prenons l'exemple d'une femme qui envoie un message privé à un homme et qui lui dit : "C'était du super sexe hier soir". Si elle décide plus tard de le faire accuser d'agression sexuelle - et qu'il vient me voir pour me demander conseil - je lui dirais de faire une copie imprimée de ses messages concernant la nuit en question, car nous voudrons utiliser ceux du tribunal pour montrer qu'il y a eu consentement.

Mais avant que nous puissions faire cela, je dois faire une demande de dossier de tiers au tribunal. La demande doit indiquer clairement quel est le dossier que je recherche et pourquoi il est pertinent pour la défense de mon client.

Une décision difficile pour le juge

Après la distribution des copies de la demande, le juge convoque une audience à huis clos, ce qui signifie que le public et les médias sont exclus.

L'avocat de l'accusé explique au juge en quoi le dossier est pertinent pour l'affaire, le Procureur et l'accusateur ayant également la possibilité de faire connaître leur point de vue. Après avoir entendu toutes les déclarations, le juge décidera de ce qu'il convient de faire du document. Le simple fait qu'il existe n'est pas une raison suffisante pour qu'il soit remis à l'accusé.

Si le juge ordonne que les documents soient produits, il les examinera et déterminera si certains ou tous les documents doivent être communiqués à la défense. Le juge peut imposer des limites pour protéger les intérêts de la justice et la vie privée de la personne à laquelle les documents se rapportent. Ces limites sont les suivantes :

  • que le dossier soit édité selon les instructions du juge ;
  • qu'une copie du dossier, plutôt que l'original, soit produite ;
  • l'accusé et son avocat ne doivent pas divulguer le contenu du dossier à une autre personne, sauf avec l'approbation du tribunal ;
  • que le dossier soit consulté uniquement dans les bureaux du tribunal ;
  • qu'aucune copie du dossier ne soit faite ou que des restrictions soient imposées quant au nombre de copies du dossier qui peuvent être faites ; et
  • que les informations concernant toute personne nommée dans le dossier, telles que son adresse, son numéro de téléphone et son lieu de travail, soient supprimées du dossier.

Si la victime était connue pour avoir des problèmes de santé mentale, l'avocat de la défenderesse peut demander à voir son dossier de thérapie, car il peut fournir la preuve qu'elle a inventé des incidents dans le passé contre d'autres hommes. La demande de documents doit être de nature très spécifique et ne peut pas être une expédition de pêche, où le défendeur espère que des preuves dommageables seront révélées au hasard dans des dossiers privés.

La complexité du dépôt d'une demande efficace de dossier de tiers est une autre raison de demander l'avis d'un avocat expérimenté.

En savoir plus sur le processus en deux étapes

À la réception d'une demande, un juge doit déterminer s'il faut exiger du tiers la production des documents demandés pour examen. Selon le code pénal, le juge peut ordonner la communication de ces dossiers lorsque ces trois critères sont remplis :

  • la demande répond aux critères limitatifs énoncés dans la législation ;
  • le dossier est "vraisemblablement pertinent" pour une question de procès ou un témoignage de témoin ; et
  • la production est nécessaire "dans l'intérêt de la justice".

Pour ce faire, le juge tient compte de ces huit facteurs :

  • la mesure dans laquelle le dossier est nécessaire pour que l'accusé puisse présenter une défense pleine et entière ;
  • la valeur probante du dossier ;
  • la nature et l'étendue de l'attente raisonnable de respect de la vie privée en ce qui concerne le dossier ;
  • la question de savoir si la production du dossier est fondée sur une croyance ou un préjugé discriminatoire ;
  • le préjudice potentiel à la dignité personnelle et au droit à la vie privée de toute personne à laquelle le dossier se rapporte ;
  • l'intérêt de la société à encourager le signalement des infractions sexuelles ;
  • l'intérêt de la société à encourager l'obtention d'un traitement par les plaignants de délits sexuels ; et
  • l'effet de la détermination sur l'intégrité du procès.

Dans un deuxième temps, le juge évalue si les documents sont effectivement pertinents pour la procédure. Le juge évaluera également toute revendication de privilège avocat-client et de litige, d'immunité d'intérêt public et de respect de la vie privée dans les documents. Tous les documents que le juge considère comme pertinents sont ensuite communiqués au Procureur et à l'avocat de la défense.

Moment de la divulgation des documents de tiers

Si le juge est le seul à devoir obtenir l'autorisation d'obtenir les dossiers de tiers, des copies de la demande doivent également être adressées au Procureur, à la victime et à la personne ou à l'organisme détenant le dossier, dans le cas d'un médecin ou d'un organisme extérieur.

En tant qu'avocat de la défense, il se peut que je ne veuille pas introduire la demande d'enregistrement d'un tiers au début du procès, car cela informerait la partie adverse que j'en ai connaissance et cela pourrait modifier le témoignage qui est donné.

Selon le cas, il m'arrive d'attendre le milieu du procès pour introduire une demande de dossier de tiers, afin de pouvoir utiliser les informations qu'il contient lors du contre-interrogatoire. Si cette demande est approuvée et que les informations fournies par les tiers contredisent ce qui a été dit lors du précédent témoignage, ce sera une étape importante dans la défense de mon client.

Les avocats pénalistes expérimentés sauront comment et quand présenter ces demandes, et nous connaissons les limites de l'interrogatoire, comme le fait de ne pas invoquer les " deux mythes " (l'idée que les plaignants ayant des antécédents sexuels sont plus susceptibles d'avoir consenti et sont moins dignes de foi).

Les dossiers des tiers peuvent être des outils précieux pour une défense, mais comme les règles régissant leur utilisation sont si complexes et exigeantes, ce sont des outils qui ne fonctionnent efficacement que dans les mains de plaideurs expérimentés. Appelez-moi pour une consultation gratuite afin de voir comment ils peuvent être utilisés dans votre situation.

Filed Under
Agression Sexuelle