FAQ

Faut-il témoigner au procès lorsqu'on vous accuse d'agression sexuelle ?

Lorsqu'on se prépare à défendre un client accusé d'agression sexuelle, l'une des principales considérations est de savoir si cette personne doit témoigner en sa propre faveur. Cette décision n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît, même si le défendeur est convaincant qu'il n'est pas coupable du crime.

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles il ne peut pas témoigner, la principale étant qu'il s'agit d'une expérience stressante. L'accusé sait qu'il est confronté à une accusation grave pour un crime qui porte un stigmate social très négatif. S'ils perdent, ils iront presque certainement en prison tout en laissant leur vie familiale et professionnelle en ruine.

La crainte de cette éventualité peut être écrasante et peut affecter le témoignage de l'accusé ou la façon dont il sera présenté. Lorsque nous sommes stressés, nos paroles ne sortent pas aussi bien qu'elles le devraient.

En tant qu'avocat de la défense, je ne veux pas donner au Procureur la chance de relever des faiblesses qui se répercuteront sur la crédibilité de mon client. Dans certains cas, les clients m'avouent volontiers que leur comportement au moment de l'incident n'était pas le meilleur. Peut-être avaient-ils bu ou se sont-ils comportés d'une manière qu'ils préféreraient ne pas revoir au tribunal, même si leurs actes n'étaient certainement pas criminels. Si cette personne témoigne, elle peut être interrogée par le Procureur qui peut insinuer que l'ensemble de son témoignage n'est pas digne de confiance.

Un droit de la Charte de ne pas témoigner

Le droit de l'accusé de ne pas témoigner lors de son propre procès est inscrit dans la section 11(c) de la Charte des droits et libertés. Elle stipule que toute personne a le droit "de ne pas être contraint de témoigner contre lui-même dans toute poursuite intentée contre lui pour l’infraction qu’on lui reproche".

Si l'accusé décide de ne pas témoigner, le juge doit instruire le jury ; ce silence n'est en aucun cas un signe de culpabilité. Au Canada, une personne accusée d'un crime est présumée innocente jusqu'à ce qu'elle soit déclarée coupable par un juge ou un jury. Cette présomption est l'un des droits les plus importants de notre système de justice pénale, bien que cela semble parfois être oublié dans les affaires d'agression sexuelle très médiatisées.

La présomption d'innocence bénéficie à l'accusé de nombreuses façons, la principale étant qu'il n'a pas à prouver son innocence. Au lieu de cela, il incombe au Procureur de convaincre la cour de leur culpabilité "au-delà de tout doute raisonnable".

Ces derniers mots sont très importants.

La charge du Procureur d'aller au-delà d'un doute raisonnable

Un jugement de 1991, qui a fait date, établit clairement l'obligation des tribunaux d'acquitter les personnes accusées d'agression sexuelle lorsqu'il existe un quelconque doute.

  • Comme l'indique le jugement : "Idéalement, des instructions appropriées sur la question de la crédibilité devraient être données, non seulement pendant l'accusation principale, mais aussi lors de toute recharge. Un juge de première instance pourrait bien donner des instructions au jury sur la question de la crédibilité en ce sens :
  • Premièrement, si vous croyez les preuves de l'accusé, vous devez évidemment l'acquitter.
  • Deuxièmement, si vous ne croyez pas le témoignage de l'accusé mais que celui-ci vous laisse dans un doute raisonnable, vous devez l'acquitter.
  • Troisièmement, même si les preuves de l'accusé ne vous laissent pas de doute, vous devez vous demander si, sur la base des preuves que vous acceptez, vous êtes convaincu au-delà de tout doute raisonnable par ces preuves de la culpabilité de l'accusé.
  • Si cette formule était suivie, l'erreur souvent répétée qui apparaît dans la recharge dans ce cas serait évitée. L'exigence selon laquelle le Procureur doit prouver la culpabilité de l'accusé au-delà de tout doute raisonnable est fondamentale dans notre système de droit pénal. Tout doit être fait pour éviter les erreurs dans l'inculpation du jury sur ce principe de base".

Qu'est-ce que la preuve hors de tout doute raisonnable ?

Le jugement explique ce que signifie pour une personne de prouver quelque chose au-delà de tout doute raisonnable.

Il est rarement possible de prouver quoi que ce soit avec une certitude absolue et donc la preuve ou la charge de la preuve qui incombe au Procureur est seulement de prouver la culpabilité au-delà du doute raisonnable", peut-on lire dans les documents du tribunal. "Un doute raisonnable est un doute honnête et juste basé sur la raison et le bon sens. C'est un doute réel, et non pas un doute imaginaire ou frivole qui pourrait être conçu par un juré irresponsable pour se soustraire à son simple devoir".

Pour résumer cette décision, si un juge ou un jury estime que le témoignage de l'accusé est sincère, il doit l'acquitter. S'ils ne croient pas l'accusé mais qu'ils ont un doute raisonnable sur d'autres preuves, ils doivent également l'acquitter. Ce n'est que lorsque le Procureur peut prouver la culpabilité au-delà de tout doute raisonnable qu'ils peuvent condamner. Atteindre ce seuil est une lourde charge pour le Procureur, c'est pourquoi les personnes accusées d'agression sexuelle ont besoin des services d'un avocat pénaliste expérimenté et versé dans les subtilités de la loi. Dans de nombreux cas, la capacité de l'avocat de la défense à trouver des incohérences dans les témoignages peut conduire à un verdict de non-culpabilité pour l'accusé.

Un exemple de cas où il faut garder le silence

En 2016, une éminente personnalité de la radio nationale a été confrontée à de multiples allégations d'agression sexuelle impliquant six femmes à Toronto. Après un court procès au cours duquel il n'a pas témoigné, il a été acquitté, le juge ayant jugé qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour établir des faits au-delà de tout doute raisonnable.

Dans sa décision, le juge a souligné de nombreuses incohérences dans les témoignages des plaignants portés à son attention par l'avocat de la défense. Par exemple, une femme "a témoigné en détail [sur sa] Volkswagen jaune vif "Love Bug"", alors que l'homme n'a acquis cette voiture que sept mois après la date de l'incident présumé.

"Dans une affaire qui repose entièrement sur la fiabilité des preuves du plaignant, cette erreur, par ailleurs peut-être inoffensive, prend une plus grande importance", a écrit le juge dans sa décision. "L'impossibilité de ce souvenir soulève une question sérieuse : qu'est-ce qu'elle pourrait bien se rappeler honnêtement et pourtant être tout aussi erronée ?

Une autre plaignante a omis de mentionner qu'elle avait envoyé des fleurs à l'homme après un rendez-vous où elle a prétendu plus tard l'avoir étouffé.

"Envoyer des fleurs de remerciement à l'homme qui vient de vous étouffer peut sembler un comportement étrange", a écrit le juge. "Que ce comportement soit ou non à considérer comme inhabituel, il s'agissait là d'une information très clairement pertinente et matérielle dans le contexte d'une allégation d'agression sexuelle. La rétention délibérée de l'information reflète très mal la fiabilité du témoin".

Le juge a déclaré que cette affaire illustre la "nécessité d'être vigilant et d'éviter la dangereuse fausse supposition que les plaignants d'agression sexuelle sont toujours sincères". Chaque individu et chaque scénario factuel unique doivent être évalués en fonction de leurs circonstances particulières... être présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité soit prouvée par les preuves présentées devant un tribunal, est le droit fondamental de toute personne accusée d'un comportement criminel".

Préparer les clients à témoigner

Si un client décide de témoigner dans son procès pour agression sexuelle, j'insiste sur l'importance de rester calme pendant le témoignage. Les questions du Procureur peuvent susciter une réponse émotionnelle, alors restez concentré et ne laissez pas les émotions l'emporter sur la logique.

Un témoin qui est en colère peut exagérer ou sembler moins qu'objectif, ou être émotionnellement instable. Gardez votre sang-froid. Soyez toujours courtois, même si l'avocat qui vous interroge semble discourtois. Ne donnez pas l'impression d'être un "petit malin", sinon vous perdrez le respect du juge et du jury.

Même si l'accusé n'a pas l'intention de témoigner, je dis à mes clients de noter sur papier les détails de ce qui s'est passé. Les procès peut avoir lieu dans un an ou plus et ce qui semble être un détail insignifiant à ce moment-là peut refaire surface comme preuve ou aider à établir votre crédibilité au procès.

Les questions doivent avoir un "fondement de bonne foi".

Dans les procès pénaux, les avocats doivent avoir une "base de bonne foi" pour poser des questions. Une décision de la Cour suprême de 2004 nous fournit une explication de la signification de ces mots :

"'Une base de bonne foi' est fonction des informations dont dispose le contre-interrogatoire, de sa conviction quant à leur exactitude probable et de l'objectif pour lequel elles sont utilisées ... les informations peuvent ne pas constituer une preuve recevable et peuvent être incomplètes ou incertaines, à condition que le contre-interrogatoire ne fasse pas de suggestions au témoin de manière imprudente ou qu'il sache qu'elles sont fausses. Le contre-interrogatoire peut poursuivre toute hypothèse qui est honnêtement avancée sur la base d'une inférence raisonnable, de l'expérience ou de l'intuition et il n'est pas nécessaire d'avoir un fondement probatoire pour chaque suggestion factuelle faite à un témoin lors du contre-interrogatoire. Lorsqu'une question implique l'existence d'un fondement factuel contesté qui est manifestement ténu ou suspect, le juge du procès peut chercher à s'assurer que la question repose sur un fondement de bonne foi".

Un avocat de la défense expérimenté peut faire la différence

Si vous êtes accusé d'agression sexuelle, la décision de témoigner ou non peut être un facteur important pour déterminer l'issue de votre procès. J'ai des années d'expérience dans l'aide aux défendeurs pour décider de la meilleure façon d'aborder leur affaire. Contactez-moi pour une consultation gratuite afin que nous puissions commencer à planifier votre meilleure défense.

Filed Under
Violence conjugale