FAQ

Qu'est-ce qu'une voie de fait ?

L'accusation de voies de fait ou d'agression couvre un grand nombre d'activités, allant du coup de poing à la demande d'argent de manière menaçante. Il est important de noter que même s'il n'y a pas de contact physique entre deux personnes, l'agresseur peut être accusé de voies de fait. Quelles que soient les circonstances qui y ont conduit, il s'agit d'une accusation grave qui peut entraîner une peine d'emprisonnement, de sorte que les personnes accusées doivent demander l'avis d'un avocat.

Voici comment le code pénal définit l'acte. Une personne commet une agression quand :

a) sans le consentement d'une autre personne, elle emploie intentionnellement la force contre cette autre personne, directement ou indirectement ;

(b) elle tente ou menace, par un acte ou un geste, d'employer la force contre une autre personne, si elle a, ou fait croire à cette autre personne pour des motifs raisonnables qu'elle a, la capacité actuelle de réaliser son objectif ; ou

c) en portant ouvertement une arme ou une imitation d'arme, il accoste ou gêne une autre personne ou la supplie.

Les différents degrés de violence

  • Voies de fait simples (ou parfois, de droit commun) : Cette accusation est portée le plus souvent et couvre les incidents qui n'impliquent pas une arme ou des dommages à la victime. Cette accusation est courante dans les situations familiales car la police prend au sérieux les allégations de violence conjugale.
  • Voies de fait causant des lésions corporelles : Comme son nom l'indique, cette accusation est portée si une personne subit des blessures graves à la suite d'une agression. Le code définit les lésions corporelles comme "toute blessure ou tout dommage à une personne qui nuit à la santé ou au confort de celle-ci et qui n'est pas de nature passagère ou insignifiante ; (bodily harm)".
  • Agression avec une arme : cette allégation n'est pas aussi simple qu'elle en a l'air. Si l'arme en cause dans ces accusations est souvent une arme à feu ou un couteau, il peut également s'agir d'une paire de ciseaux, d'une massue ou de presque tout autre objet utilisé pour menacer ou attaquer quelqu'un. Si vous jetez une assiette à travers la pièce sur quelqu'un, vous pourriez être accusé d'agression à main armée. Le code stipule qu'une personne peut être accusée de voies de fait avec une arme si elle "porte, utilise ou menace d'utiliser une arme ou une imitation d'arme".
  • Voies de fait graves : Il s'agit d'une accusation grave, portée lorsque la victime est blessée, mutilée, défigurée ou que sa vie est mise en danger, selon le code pénal. En fonction de divers facteurs, toute personne reconnue coupable de cette accusation pourrait être condamnée à une peine de prison pouvant aller jusqu'à 14 ans.
  • Agression sexuelle : Cette accusation est portée si une agression est de nature sexuelle et qu'elle porte atteinte à la dignité sexuelle d'une autre personne. Le tribunal tient compte de nombreux facteurs, tels que la partie du corps qui a été touchée et la situation dans laquelle les attouchements ont eu lieu.
  • Agression sexuelle grave : Tout comme les voies de fait graves, l'agression sexuelle grave signifie que la victime a subi des conséquences et/ou des blessures graves.

Toutes les accusations de voies de fait ont des niveaux de gravité variables, de simple à aggravé, les moins graves faisant l'objet de poursuites par procédure sommaire. La seule chose qui ne change pas avec ces accusations, c'est que vous aurez un casier judiciaire dès votre condamnation, alors prenez ces accusations au sérieux et demandez l'avis d'un avocat compétent.

Défenses contre les agressions

La première chose à retenir est que tout le monde est innocent jusqu'à preuve du contraire. Dans chaque affaire pénale, le ministère public doit prouver qu'une personne est coupable d'une infraction au-delà de tout doute raisonnable pour qu'elle soit condamnée. Pour les accusations de voies de fait, le ministère public doit prouver trois choses :

  • L'accusé a utilisé la force contre quelqu'un ;
  • La victime n'a pas consenti à cette force ; et
  • La force a été appliquée exprès.

S'il y a des témoins, ils peuvent être appelés à témoigner sur ce qu'ils ont vu en relation avec l'incident. S'il n'y avait personne d'autre, le tribunal entendra généralement le plaignant et l'accusé, puis déterminera la culpabilité ou l'innocence. Dans ces cas, le tribunal peut se référer à une décision de la Cour suprême du Canada de 1991 pour déterminer la culpabilité.

Dans cette affaire déterminante, les juges ont rendu leur décision : "Le juge de première instance doit instruire le jury que : (1) s'ils croient la preuve de l'accusé, ils doivent l'acquitter ; (2) s'ils ne croient pas le témoignage de l'accusé mais sont laissés dans un doute raisonnable par celui-ci, ils doivent l'acquitter ; (3) même s'ils ne sont pas laissés dans un doute raisonnable par le témoignage de l'accusé, ils doivent quand même se demander s'ils sont convaincus au-delà de tout doute raisonnable de la culpabilité de l'accusé sur la base de la balance des preuves qu'ils acceptent".

Il existe divers arguments que les avocats peuvent faire valoir pour vous défendre contre une accusation de voies de fait. Les plus courants sont les suivants :

  • C’était consensuel : dans une bagarre de bar typique, deux personnes échangent des mots enflammés puis se mettent à donner des coups de poing. Comme les deux parties ont consenti à la bagarre, aucune d'entre elles ne sera probablement accusée d'agression, même si l'une d'entre elles "gagne" la bagarre.
  • C'était de la légitime défense : Le défendeur doit être capable de démontrer que les actions qu'il a entreprises visaient à se protéger ou à protéger une autre personne. Toutefois, si une personne continue à attaquer une autre personne une fois qu'elle est à terre, la légitime défense ne justifie plus ses actes.
  • Il s'agit d'une défense de propriété : Un propriétaire qui résiste physiquement à l'entrée d'un cambrioleur sur sa propriété serait un exemple de cas où cette défense pourrait être utilisée. Là encore, la force ne peut être excessive.
  • Ce n'était pas moi : Dans certains cas, l'identité de l'agresseur peut être mise en doute, et le ministère public peut ne pas être en mesure de prouver hors de tout doute que vous êtes la personne qui a agressé la victime.
  • C'était trop banal pour s'en inquiéter : L'avocat plaidera une défense de minimis non curat lex (la loi ne se préoccupe pas des bagatelles) si la nature de l'agression était si mineure qu'elle ne doit pas être considérée comme une infraction pénale.

Un exemple de défense de minimis

Une décision du Youth Justice Court of Nova Scotia de 2016 fournit non seulement le contexte historique de la défense de minimis, mais aussi un exemple de cas où elle a échoué après une agression.

L'affaire concernait un jeune détenu dans un foyer de groupe qui avait frappé un conseiller dans le dos avec son poing après une dispute sur l'accès à un paquet de bacon frais. Lorsque l'affaire a été portée devant les tribunaux, la jeune fille a déclaré que puisque personne n'avait été blessé, elle devait être déclarée non coupable sur la base du principe de minimis.

Dans son jugement, la juge a noté que la défense a été utilisée pour la première fois au XVIe siècle dans l'affaire Taverner contre Dominion Cromwell (1594). Dans une affaire de 2004, la Cour d'appel de l'Ontario a noté : "Lorsqu'il y a des irrégularités de très faible importance, [la loi] n'a pas pour but d'infliger des peines d'une sévérité rigide. Si la déviation n'était qu'une bagatelle qui, si elle se poursuivait dans la pratique, ne pèserait que peu ou pas du tout sur l'intérêt public, elle pourrait à juste titre être négligée".

Le juge de Nouvelle-Écosse a également cité l'ancienne juge de la Cour suprême, Louise Arbour, qui a déclaré que l'application de la défense de minimis "ne signifie pas que l'acte est justifié ; il reste illégal, mais en raison de sa banalité, il reste impuni ... [évitant] aux tribunaux d'être submergés par un nombre énorme d'affaires insignifiantes".

En raison des autres facteurs, la juge a déclaré qu'elle ne pouvait pas accepter la défense de minimis dans cette affaire.

Cracher ou tousser peut être une agression

Cracher ou tousser intentionnellement sur quelqu'un peut être considéré comme une forme d'agression, surtout en cas de pandémie. Ces reportages montrent le sérieux avec lequel la police traite cette question.

À Edmonton, un homme a été accusé de deux chefs d'accusation de voies de fait après avoir toussé à plusieurs reprises sur un chauffeur de bus d'Edmonton et des agents de la paix des transports en commun avant de révéler qu'il avait été testé positif au COVID-19. Il a été inculpé en vertu de la loi sur la santé publique pour avoir prétendument tenté d'infecter un autre individu. Un porte-parole de la police a déclaré : "Notre société et d'autres villes du monde entier sont confrontées à des défis extrêmes en ce moment et il y a beaucoup d'anxiété. Et ce n'est certainement pas le moment pour ce genre de comportement irresponsable".

À Calgary, trois accusations d'agression ont été portées après qu'une vidéo ait montré un homme à vélo crachant sur une femme asiatique sur un skateboard, puis utilisant une insulte raciale contre elle. Selon ce reportage, lorsqu'il a été confronté, il a craché sur deux autres personnes.

Pendant la fermeture de COVID-19, au moins six Canadiens ont été inculpés au pénal après des incidents présumés de toux et de léchage, selon ce reportage. Dans un cas, un suspect a été repéré par un témoin qui tentait de lécher des produits dans un magasin, "pour apparemment créer une vidéo TikTok afin de participer à ce que certains appellent le 'COVID Challenge'".

D'autres incidents détaillés dans l'histoire parlent de personnes qui toussent intentionnellement sur des officiers lorsqu'ils sont arrêtés ou interrogés. Un porte-parole de la police a noté que les menaces de diffusion de COVID-19 - que la personne soit effectivement en possession de ce produit ou non - sont "très, très graves".

Il va sans dire que tout type de crachat, toux, léchage ou autre comportement de ce type sera très difficile à défendre et à justifier devant les tribunaux, surtout en cas de pandémie.

Ayez un conseiller juridique compétent à vos côtés

Le ministère public et la police prennent très au sérieux les accusations de voies de fait ; il faut donc toujours demander conseil à un avocat avant de faire une déclaration à la police. Il est donc toujours dans votre intérêt de demander l'aide d'un avocat spécialisé en droit pénal pour vous assurer que vos droits sont protégés. Contactez-moi pour une consultation gratuite afin que nous puissions commencer à planifier votre meilleure défense.

Filed Under
Voies de faits