FAQ

Qu'est-ce qu'une agression causant des lésions corporelles?

La police accuse les personnes de voies de fait causant des lésions corporelles lorsqu'une attaque sur une autre personne cause des blessures qui passeront en peu de temps. Il peut y avoir des bleus et un certain sentiment d'anxiété, mais la victime pourra se guérir complètement.

Le code criminel définit les lésions corporelles comme "toute blessure ou tout dommage à une personne qui nuit à la santé ou au confort de celle-ci et qui n'est pas de nature passagère ou insignifiante ; (bodily harm)".

"Transitoire" signifie que la lésion passera avec le temps, sans dommage permanent ou défiguration, tandis que "insignifiant" est interprété par les tribunaux comme signifiant insignifiant ou dérisoire. Gardez à l'esprit qu'il n'est pas nécessaire pour les victimes de faire appel à des preuves médicales pour prouver les lésions corporelles.

J'ai défendu de nombreux clients confrontés à cette accusation. Dans un cas, un homme était en colère contre un collègue de travail à cause de remarques faites sur sa femme. Mon client a confronté le collègue de travail chez lui et ils se sont disputés, l'homme se frappant la tête contre un mur de briques dans la bagarre. Sa blessure était mineure, ce qui a conduit la police à accuser mon client de voies de fait causant des lésions corporelles

J'ai pu convaincre le tribunal de donner une absolution à mon client après qu'il ait accepté de participer à des cours de conseil et de gestion de la colère. Il a également déclaré au tribunal que ce genre d'incident ne se reproduirait plus jamais et qu'il ferait tout son possible pour être un membre intègre de la communauté.

La définition des lésions corporelles

En 2010, la Cour d'appel du Manitoba a rendu une décision établissant une distinction entre le crime de "voies de fait" (art. 265 du Code) et le crime de "voies de fait causant des lésions corporelles" (art. 267b).

Selon les documents du tribunal, l'accusé et la plaignante étaient dans une "relation domestique violente classique". Les incidents détaillés dans le jugement comprennent :

  • il avait tiré ses cheveux si fort qu'il lui en avait arraché ;
  • il l’a saisie à la gorge et l'a étouffée de sorte qu'elle a eu du mal à avaler pendant quelques jours
  • il l’a serrée la main si fort qu'elle a eu mal et n'a pas pu la plier pendant une semaine environ.

Le juge de première instance a estimé que ces lésions corporelles n'équivalaient pas à des "lésions corporelles" et a donc condamné l'accusée pour voies de fait simples.

En transformant la condamnation en "voies de fait causant des lésions corporelles", la cour d'appel a cité une décision de la cour d'appel de 1988 en Colombie britannique qui a déclaré que "transitoire, insignifiant et réconfortant sont tous des mots d'usage courant ... ces mots impliquent une période de temps très courte et une blessure d'un degré très mineur qui entraîne un degré très mineur de détresse ... il n'y a pas de lien nécessaire du tout entre la durée de la blessure et la question de savoir si elle est insignifiante - une blessure mettant la vie en danger est souvent résolue en peu de temps. Le caractère transitoire est lié au temps mais, dans ce contexte, il est tout simplement insupportable de qualifier de transitoire une blessure qui "ne dure pas plus d'un mois".

La Cour a fourni ces exemples de blessures jugées par les cours d'appel comme constituant des lésions corporelles : 

  • des éraflures, des lacérations et des ecchymoses, en particulier autour de l'œil et une grande quantité de cheveux arrachés par les racines ; 
  • les blessures superficielles, consistant principalement en des ecchymoses et des abrasions ; 
  • un certain nombre d'ecchymoses au cou et aux bras, un certain nombre de lacérations au visage, à la poitrine, à l'épaule et au poignet qui se sont améliorées en une semaine ; 
  • des difficultés à parler pendant trois ou quatre jours en raison de l'étouffement ; et 
  • une douleur au cou qui a duré environ un mois. 

Les lésions corporelles peuvent être psychologiques 

En renversant la décision du juge de première instance, la cour d'appel du Manitoba a statué que les "lésions corporelles" ne nécessitent pas de déficience fonctionnelle.  La décision cite une décision unanime de la Cour suprême de 1991 qui stipule que les lésions corporelles comprennent également "toute blessure ou tout dommage, physique ou psychologique, qui porte atteinte à l'intégrité physique ou psychologique, à la santé ou au bien-être d'un plaignant... le terme "lésions corporelles" visé à l'article 267 est défini comme "toute blessure ou tout dommage".  Ces mots sont clairement assez vastes pour inclure les dommages psychologiques ... Il ne fait aucun doute que les dommages psychologiques peuvent souvent être plus envahissants et permanents dans leurs effets que tout dommage physique".

Définition des lésions corporelles graves

La décision de la Cour suprême de 1991 mentionnée ci-dessus concernait un homme accusé de trois chefs d'accusation de menace de causer des lésions corporelles graves, en violation de l'article 264.1(1)(a) du Code.  Selon les documents du tribunal, il avait écrit des lettres anonymes à trois meneuses de claques de football, détaillant graphiquement divers actes sexuels qu'il souhaitait leur faire subir et concluait chacune d'entre elles par une menace de rapports sexuels avec elles "même si je dois te violer".

Lors du procès, les trois témoins ont déclaré que les lettres les effrayaient tellement qu'elles ne se sentaient plus en sécurité lorsqu'elles étaient seules.  Le juge du procès a estimé que la menace de viol ne constituait pas une menace de lésions corporelles graves et a acquitté les accusés.

La cour d'appel a renversé ce jugement, notant que "ces jeunes femmes ont été forcées de vivre avec la menace d'être agressées sexuellement et de mener leurs activités en sachant qu'elles étaient traquées par l'appelant.  Aucune personne raisonnable ayant examiné les lettres ne pouvait conclure autrement qu'elles constituaient une menace de causer des lésions corporelles graves.

"C'est le type même de menace que l'article 264.1(1)(a) visait à combattre", peut-on lire dans le jugement.  "Les preuves des plaignants, associées à un examen des termes de la lettre, conduiraient inévitablement à la conclusion que l'accusé avait sciemment proféré une menace de causer des lésions corporelles graves aux plaignants."

Preuves nécessaires pour soutenir l'accusation

Outre les éléments essentiels que sont l'heure et la date de l'incident, la juridiction et l'identité, le Procureur doit prouver les éléments suivants pour condamner une personne pour agression causant des lésions corporelles:

  • La manière dont l'agression s'est produite (S'agissait-il d'un combat à mains nues ? Des armes ont-elles été utilisées ?)
  • Le plaignant n'avait pas agressé, menacé ou provoqué l'accusé de quelque manière que ce soit.
  • L'accusé a fait usage de la force intentionnellement.
  • L'étendue des blessures causées par l'agression, généralement étayée par des preuves photographiques.
  • Le degré de sobriété des parties.

Exemples de personnes faisant face à cette accusation

Un trio de reportages ci-dessous donne un aperçu de certaines situations où la police canadienne a porté des accusations de voies de fait causant des lésions corporelles.

À Guelph, en Ontario, un homme de 23 ans a été arrêté après s'être livré à un massacre.  Selon un reportage, l'homme s'est approché d'un homme plus âgé et lui a pris sa canne avant de le frapper deux fois avec.  Il a ensuite menacé une femme avec la canne et l'a giflée, avant de retourner vers l'homme âgé et de le frapper.  Il a ensuite saisi un autre homme par derrière et lui a cogné la tête contre l'asphalte, laissant une large lacération sur la tête.

À St. Catharines, en Ontario, un résident américain a été accusé de voies de fait causant des lésions corporelles résultant de ses actes lors d'un incident survenu à l'université Brock.  Selon cette histoire, l'homme organisait une manifestation d'une personne à l'université pour soutenir le président américain Donald Trump.  Il a crié son soutien à Trump à l'aide d'un mégaphone tout en tenant une grande pancarte sur laquelle on pouvait lire : "Trump a raison" : F--k Chine.  F--k Mexique.  Save Our Jobs" près du centre des étudiants internationaux.

Il a attiré une foule d'étudiants en colère, dont un a saisi l'affiche.  L'homme a répondu en frappant l'étudiant au visage, le faisant tomber, suivi de quatre autres coups de poing et d'un coup de pied à la tête.

En condamnant l'homme pour voies de fait causant des lésions corporelles, le juge a noté : "La dissuasion générale et la dénonciation doivent être l'un des principaux motifs de votre condamnation. Vous n'êtes pas puni pour avoir protesté.  Vous êtes puni pour avoir causé des lésions corporelles ... c'était un événement important pour la victime, qui souffre encore d'anxiété et va encore chez le dentiste à cause de cela".

À Charlottetown, un homme de 27 ans a été condamné pour agression causant des lésions corporelles après qu'une agression sur un patient de 79 ans atteint d'un cancer ait été filmée sur vidéo. D'après cette histoire, les deux hommes ont été impliqués dans une collision.  La vidéo montre l'agresseur ouvrant la porte de la voiture de l'homme âgé et le frappant à plusieurs reprises.  La victime, qui souffrait d'un cancer de la thyroïde à l'époque et avait subi des traitements de radiothérapie pendant 14 jours sur 30, a subi des blessures, notamment une douleur au cou, une oreille noire et bleue et des contusions sur les jambes causées par l'agresseur lorsqu'il a fermé la portière de la voiture sur eux, note l'histoire.  L'agresseur, qui avait des problèmes d'addiction, a été condamné à 10 ans de prison, la peine maximale pour les agressions causant des lésions corporelles

Pourquoi vous avez besoin d'un avocat

Lorsqu'un client me retient pour le défendre contre une accusation de voies de fait causant des lésions corporelles, je m'assieds avec cette personne et j'obtiens tous les détails sur ce qui s'est passé.  Certaines personnes peuvent avoir eu des motifs raisonnables de croire que leur vie ou leur sécurité personnelle était en danger, ce qui nous permet de soutenir que les actions étaient de la légitime défense.  Dans d'autres cas, le contact peut avoir été accidentel ou intentionnel.  En toutes circonstances, il incombe au Procureur de prouver, au-delà de tout doute raisonnable, que l'accusé a fait usage de la force de manière intentionnelle.

Une personne reconnue coupable de ce crime pourrait passer la prochaine décennie derrière les barreaux, alors ne prenez pas ce risque. Contactez-moi pour une consultation gratuite afin que nous puissions commencer à planifier votre meilleure défense.

Filed Under
Voies de faits