FAQ

Que faire si la victime veut que les chefs d'accusation soient abandonnés ?

Une fois qu'une enquête policière a été ouverte à la suite d'une allégation de violence domestique - qu'il s'agisse d'une agression réelle, d'un méfait ou d'une menace - les souhaits de la plaignante ont peu de poids, car les policiers sont tenus de porter des poursuites s'ils trouvent des preuves qu'une violence domestique a eu lieu.

J'ai eu de nombreux cas où, dans les jours, les semaines ou les mois qui ont suivi l'agression présumée, le plaignant a déclaré qu'il s'était trompé ou qu'il avait peut-être réagi de manière excessive, et a demandé l'abandon des poursuites.

Dans tous les cas, toute décision concernant les accusations est prise par le procureur de la Couronne. Les souhaits du plaignant seront pris en compte, mais ils ne constituent pas un facteur déterminant dans le processus.

Si une victime veut se rétracter ou se rend compte que la situation n'était pas aussi extrême ou abusive qu'elle l'avait d'abord cru, il est préférable que son avocat parle au procureur de la Couronne chargé de l'affaire. Ils peuvent accepter d'abandonner les accusations en échange d'un engagement de ne pas troubler l'ordre public ou d'une absolution, selon les circonstances et la gravité de l'agression présumée.

Parmi les facteurs dont le ministère public tiendra compte pour décider de cette demande, on peut citer le fait que l'accusé ait déjà eu des démêlés avec la police et qu'il y ait des allégations de harcèlement ou de comportement de contrôle.

Le ministère de la justice (DOJ) conseille aux tribunaux de ne pas faire de suppositions lorsqu'un plaignant veut se rétracter.

"Compte tenu de la dynamique dans laquelle la violence domestique se produit, il n'est pas rare qu'un plaignant soit réticent à témoigner ou à se rétracter d'allégations antérieures", selon le DOJ. "Le procureur de la Couronne devrait examiner attentivement ces rétractations - elles peuvent être véridiques et sincères ou elles peuvent être le produit d'une intimidation et d'une coercition".

Que sont les engagements de ne pas troubler l'ordre public et les absolutions ?

Si le tribunal est d'accord, le procès peut être évité grâce à un engagement de ne pas troubler l'ordre public, ce qui permet d'abandonner les charges en échange d'une promesse de bonne conduite et d'un engagement à ne pas troubler l'ordre public.

Selon une fiche d'information du ministère de la justice, un engagement de ne pas troubler l'ordre public est "une ordonnance de protection rendue par un tribunal en vertu de l'article 810 du code criminel". Il est utilisé lorsqu'un individu (le défendeur) semble susceptible de commettre une infraction pénale, mais qu'il n'y a pas de motifs raisonnables de croire qu'une infraction a effectivement été commise".

Les termes habituels d'un engagement de ne pas troubler l'ordre public stipulent que l'accusé ne peut pas contacter ou rendre visite au plaignant. Il peut lui être demandé de s'abstenir de consommer de l'alcool ou des drogues sans ordonnance, et il peut également être tenu de fournir des échantillons pour prouver qu'il respecte cette règle.

Si les conditions de l'engagement de ne pas troubler l'ordre public sont remplies, l'accusé n'aura pas de condamnation pénale et n'aura pas à faire d'aveu de culpabilité.

En revanche, une absolution est accordée s'il y a d'abord un aveu de culpabilité. L'infraction figurera généralement dans leur dossier pendant un an. Si cette personne ne viole pas les conditions de sa libération pendant cette période, son casier judiciaire sera effacé.

Selon l'article 730 (1) du code, "Lorsqu'un accusé, autre qu'une organisation, plaide ou est reconnu coupable d'une infraction, autre qu'une infraction pour laquelle une peine minimale est prévue par la loi ou une infraction punissable d'un emprisonnement de quatorze ans ou à vie, le tribunal devant lequel l'accusé comparaît peut, s'il estime qu'il est dans l'intérêt de l'accusé et non contraire à l'intérêt public, au lieu de condamner l'accusé, ordonner sa libération inconditionnelle".

Que se passe-t-il si le ministère public opte pour un procès ?

Si le procureur de la Couronne prend la décision de poursuivre le procès, un plaignant réticent peut être cité à comparaître et forcé à témoigner. S'il ne se présente pas, un mandat d'arrêt peut être délivré à son encontre. La police peut les amener physiquement au tribunal où ils devront dire la vérité sur l'incident. S'ils ont initialement exagéré au sujet de l'agression, ils peuvent le dire au tribunal. Elles ne seront pas en difficulté tant qu'elles n'ont pas menti à la police intentionnellement et qu'elles sont honnêtes et sincères lors du procès.

J'ai eu un cas où un homme a appelé la police, affirmant que sa partenaire l'avait frappé avec un objet qu'ils gardaient dans la chambre. Elle a été inculpée, mais l'homme a alors réalisé qu’elle ne l’avait pas réellement frappé. Il a dit que leur dispute avait été un moment très émotionnel où tout allait très vite, et il a fait une allégation d'agression avec une arme qu'il a regrettée par la suite.

Il savait qu'il avait tort lorsqu'il a cherché plus tard l'objet en question. Il était toujours dans leur table de chevet, et la couche de poussière sur le dessus indiquait clairement qu'il n'avait pas été utilisé dans l'agression alléguée.

Il a dit à la police qu'ils avaient eu une dispute importante et que, d'une manière ou d'une autre, il s'était cogné la tête au cours de celle-ci, mais ils ont tous deux convenu que ce n'était pas sa faute. Néanmoins, le ministère public a insisté pour qu'un procès ait lieu, mais le premier jour, il a convenu qu'il n'y avait plus de perspective raisonnable de condamnation et les accusations portées contre mon client ont été retirées.

Pourquoi certains plaignants se rétractent-ils ?

Les incidents de violence domestique surviennent généralement dans des circonstances où les émotions sont fortes. Dans cette situation, les personnes peuvent mentir ou exagérer à la police, ou parfois leur souvenir des événements n'est pas clair. Plus tard, elles se rendent compte que ce qu'elles ont dit à la police était inexact.

De nombreux plaignants ont des remords d'avoir appelé la police et ils veulent se réconcilier avec l'accusé, souvent pour le bien des autres membres de la famille. Selon une étude de l'Université d'Ottawa, lorsque les femmes se rétractent ou indiquent qu'elles veulent arrêter les poursuites contre leur partenaire, elles sont souvent traitées comme de "mauvais témoins" par le ministère public.

"Parce que la rétractation est souvent le résultat d'une intimidation par des partenaires violents ou par leurs amis ou membres de la famille, certains prestataires de services ont souligné la nécessité pour les procureurs de la Couronne de s'appuyer moins sur le témoignage des victimes et plus sur d'autres preuves, des déclarations antérieures et le témoignage d'autres témoins", indique l'étude.

Selon un document publié par le Service des poursuites publiques du Canada, il est fréquent que les victimes de violences domestiques "manifestent une réticence ou un refus de participer au processus de justice pénale ... si le plaignant refuse de témoigner, le procureur de la Couronne doit examiner si d'autres preuves admissibles sont suffisantes pour prouver l'infraction de violence domestique".

La rétractation est très courante

Il n'est pas rare que des personnes se rétractent de la déclaration qu'elles ont faite à la police, bien qu'il n'existe pas de registre officiel indiquant la fréquence de cette pratique. Selon un reportage de la CBC, une personne sur dix dans les territoires du Canada déclare avoir été victime de violence domestique et beaucoup de ces personnes se rétractent par la suite.

"Probablement 80 % des femmes à qui je parle se rétractent, ou regrettent d'avoir rapporté leur histoire", déclare une porte-parole d'un refuge familial de Yellowknife. Les raisons qu'elle donne pour cela sont notamment la crainte de ne pas pouvoir subvenir aux besoins de leur famille ou de ne pas avoir de toit si leur partenaire va en prison.

"Les enquêtes ou les affaires réussies ne reposent pas uniquement sur le témoignage de la victime", dit-elle. "Nous savons qu'en général, les victimes se rétractent... une déclaration est une bonne chose, mais ce n'est pas ce sur quoi on compte".

Qu'est-ce qu'un consentement écrit révocable ?

Si une accusation de violence domestique est portée, le défendeur se verra ordonner de ne pas rentrer chez lui, de ne pas parler ou de ne pas essayer de contacter son partenaire. Comme les procès se déroulent généralement dans un an ou plus, cette ordonnance peut être une véritable contrainte pour l'accusé, surtout s'il a des enfants avec le plaignant.

En tant qu'avocat d'un tel défendeur, et si le plaignant est d'accord, je demanderai au tribunal une modification des règles de contact. Un consentement écrit révocable permet à l'accusé de voir et de parler à la victime, et même de vivre dans le même logement, dans les mois précédant le procès.

Il peut être difficile de convaincre le ministère public d'autoriser ce contact, en raison de préoccupations concernant la sécurité du plaignant ainsi que le déroulement du procès dans son ensemble.

Le principal conseil que je donne aux clients dans cette situation est qu'ils ne peuvent pas parler de l'incident ou du témoignage qu'ils feront au procès. Le tribunal doit entendre leur histoire sur ce qui s'est passé, et non une version qui peut être considérée comme mettant leur partenaire sous un meilleur jour.

Qu'entend-on par "aucun contact" ?

Comme les mots l'indiquent, cela signifie simplement qu'il ne doit pas y avoir de communication directe entre l'accusé et le plaignant, que ce soit directement ou indirectement. Cela inclut les discussions téléphoniques et en personne ainsi que les contacts électroniques, par le biais de messages textuels, de courriels, de Facebook et d'autres plateformes. Le contact par l'intermédiaire de tiers est également interdit.

Pourquoi ai-je besoin d'un avocat en cas de rétractation ?

Ce n'est pas parce que le plaignant s'est rétracté que les accusations de violence domestique seront abandonnées. De nombreuses variables entrent en jeu ici, comme la question de savoir si les déclarations du KGB, dont le nom provient d'une affaire portée devant la Cour suprême, seront acceptées par le tribunal. Il s'agit de la première déclaration faite par une victime à la police, qui est parfois enregistrée sur vidéo. Elles peuvent être utilisées au tribunal à la place d'un témoignage direct, à condition que certaines conditions strictes soient remplies.

Ne prenez pas le risque d'aller en prison. Contactez-moi d'abord pour une consultation gratuite afin que nous puissions commencer à planifier votre meilleure défense

Filed Under
Violence conjugale