FAQ

Violence domestique : comment obtenir l'abandon des accusations ?

Lorsqu'un client est accusé de violence conjugale, l'une des premières questions que j'entends est : "Comment obtenir l'abandon des poursuites ?

Si une personne a de solides arguments et des preuves évidentes indiquant que le plaignant ment à propos de ce qui s'est passé, la meilleure solution peut être d'aller au tribunal pour demander l'abandon des charges ou pour faire en sorte qu'il soit acquitté. Dans d'autres cas où les preuves ne favorisent pas mon client, il existe des moyens d'éviter un éventuel casier judiciaire, ce qui pourrait nuire à ses futures perspectives d'emploi et à ses voyages à l'étranger.

Si mon client admet être coupable d'une allégation de violence domestique mais qu'il n'a pas d'antécédents ou de rapports avec la police, je suggérerai au ministère public qu'il s'agit d'un incident isolé, peut-être dû au stress ou à un ensemble particulier de circonstances. Il est également utile qu'aucun enfant n'ait été présent dans la maison pendant l'incident et qu'il n'y ait aucune preuve de harcèlement ou de comportement de contrôle.

Qu'est-ce qu'un programme de PAR ?

Pour aider mon client à faire face aux facteurs de stress qui ont conduit à la violence domestique et à toute autre violence à venir, il devra accepter de participer à un programme d'intervention en cas de violence conjugale (PAR). Selon les informations fournies par le procureur général, ces programmes "améliorent la sécurité des victimes et tiennent les délinquants responsables de leur comportement".

Avec des sessions de 12 semaines, ces programmes donnent aux délinquants la possibilité de réfléchir à leur point de vue sur la violence domestique et d'apprendre des moyens non physiques de gérer les conflits. En outre, les victimes peuvent bénéficier d'une aide à la planification et d'une orientation vers les ressources communautaires, et elles sont tenues informées des progrès du délinquant.

Si le tribunal envisage de permettre à une personne d'éviter un casier judiciaire pour violence domestique, il doit d'abord s'assurer que cette personne a suivi un programme de PAR, et non pas seulement un conseil individuel.

Qu'est-ce qu'un engagement de ne pas troubler l'ordre public ?

Une autre option pour éviter un casier judiciaire est de faire signer à l'accusé un engagement de ne pas troubler l'ordre public. Si le tribunal accepte, les accusations seront abandonnées sans condamnation pénale ou sans aveu de culpabilité en échange d'une promesse de bonne conduite et de ne pas troubler l'ordre public.

Selon une fiche d'information du ministère de la justice, un engagement de ne pas troubler l'ordre public est "une ordonnance de protection rendue par un tribunal en vertu de l'article 810 du code criminel". Il est utilisé lorsqu'un individu (le défendeur) semble susceptible de commettre une infraction pénale, mais qu'il n'y a pas de motifs raisonnables de croire qu'une infraction a effectivement été commise".

Dans ces situations, note le document, le tribunal peut imposer des conditions spécifiques "destinées à empêcher le défendeur de commettre des dommages à la personne, à son époux ou conjoint de fait, à son enfant, ou de commettre des dommages à ses biens".

Pour obtenir un engagement de ne pas troubler l'ordre public, le document indique que le défendeur peut devoir accepter l'une ou l'ensemble des conditions suivantes :

  • ne pas troubler l'ordre public et avoir une bonne conduite ;
  • ne pas contacter la personne, son conjoint ou son enfant ;
  • ne pas rendre visite à la personne, à son conjoint ou à son enfant ;
  • ne pas appeler la personne au téléphone ;
  • ne pas écrire de lettres ou envoyer de messages textuels ;
  • s'abstenir de consommer des stupéfiants ou de l'alcool sans ordonnance, et être tenu de fournir des échantillons corporels pour garantir la conformité ;
  • ne pas posséder d'armes ;
  • payer, ou promettre de payer, une caution remboursable (cautionnement en espèces) à la Cour, qui peut être confisquée si le défendeur viole par la suite toute condition de l'engagement de ne pas troubler l'ordre public ; ou
  • toute autre condition que la Cour estime souhaitable pour prévenir le préjudice.

J'ai pu négocier des engagements de ne pas troubler l'ordre public pour de nombreux clients dans des affaires de violence domestique, même dans une affaire où un homme était accusé d'agression sexuelle. Ils étaient mariés depuis des décennies et vivaient aux États-Unis et au Canada. Lorsque leur relation a pris fin, la femme a allégué que l'homme l'avait agressée et forcée à avoir des relations sexuelles lors de leur première rencontre, si bien que la police l'a accusé d'agression sexuelle

En soutenant qu'il devrait recevoir un engagement de ne pas troubler l'ordre public, j'ai fait remarquer qu'elle n'avait jamais diffusé ces allégations au cours des décennies où ils avaient été ensemble, et il semblait donc étrange qu'elles ne soient révélées que lorsqu'elle demandait le divorce. La Couronne a accepté de retirer les accusations d'agression sexuelle en échange d'un engagement de ne pas troubler l'ordre public, un rare compromis que j'ai pu obtenir pour mon client.

Les engagements de paix ne fonctionnent pas toujours

Certains groupes qui travaillent avec des victimes de violences domestiques estiment que les engagements de ne pas troubler l'ordre public ne sont pas efficaces. C'est ce que montre ce rapport de 1995 de la Commission de réforme du droit de la Nouvelle-Écosse, From Rhetoric to Reality - Ending Domestic Violence in Nova Scotia.

On peut y lire ce qui suit "Bien qu'un engagement de ne pas troubler l'ordre public ou une ordonnance du tribunal puisse sembler être une bonne solution, l'efficacité d'un engagement de ne pas troubler l'ordre public ou de toute autre ordonnance du tribunal dépend de son exécution ... par exemple, les engagements de ne pas troubler l'ordre public sont inefficaces en partie à cause d'une exécution incohérente ... il y a des cas où les agents de police ont refusé d'exécuter des engagements de ne pas troubler l'ordre public lorsque la femme n'a pas de copie écrite du document sur elle ... les engagements de ne pas troubler l'ordre public ont souvent été décrits comme "ne valant pas le papier sur lequel ils sont écrits".

Qu'est-ce qu'une absolution ?

Selon les circonstances, l'avocat peut demander une absolution au tribunal. Bien qu'une absolution ne soit accordée qu'après un aveu de culpabilité, il ne s'agit pas d'une condamnation. Elle apparaîtra temporairement dans le dossier d'une personne et si celle-ci ne viole pas ses conditions, elle sera finalement retirée, généralement au bout d'un an.

Selon l'article 730, paragraphe 1, du code, "Lorsqu'un accusé, autre qu'une organisation, plaide ou est reconnu coupable d'une infraction, autre qu'une infraction pour laquelle une peine minimale est prévue par la loi ou une infraction punie d'un emprisonnement de quatorze ans ou à vie, le tribunal devant lequel l'accusé comparaît peut, s'il estime que cela est dans l'intérêt de l'accusé et non contraire à l'intérêt public, au lieu de condamner l'accusé, ordonner son absolution inconditionnelle".

Que faire si la victime ne veut pas de charges ?

La personne qui a appelé la police peut plus tard demander l'abandon des charges, mais cette décision est entre les mains du procureur de la Couronne qui poursuit l'affaire. En prenant cette décision, le ministère public peut demander l'avis de la police et du plaignant, mais il n'est pas obligé de le faire.

En ce qui concerne les libérations et les engagements de ne pas troubler l'ordre public, il est utile que le plaignant soit d'accord avec le recours juridique proposé. Seul le ministère public peut ordonner l'abandon des poursuites, et il souhaite généralement que le plaignant reconnaisse ses fautes et soit disposé à s'inscrire à un programme de PAR.

Que se passe-t-il si je suis accusé à tort ?

De fausses allégations de violence domestique sont portées contre les partenaires pour diverses raisons. Parfois, elles peuvent être vindicatives et utilisées comme moyen de retourner les membres de la famille ou les enfants contre l'accusé. Elles peuvent aussi être utilisées comme des outils dans un divorce ou une séparation, pour améliorer les chances de l'accusateur dans une bataille pour la garde des enfants.

Selon un rapport de Statistique Canada de 2017, un peu moins de 3 900 incidents d'agression sexuelle ont été signalés à la police en 2017 et ont été jugés non fondés, ce qui représente 7 % de tous les incidents criminels violents non fondés.

Les incidents criminels non fondés ont généralement suivi la même tendance que l'ensemble de la criminalité, les infractions les plus nombreuses représentant le plus grand nombre d'incidents non fondés. Par exemple, les agressions physiques, le type de crime violent le plus courant, ont également représenté le plus grand volume d'incidents criminels non fondés en 2017 parmi les crimes violents.

De fausses accusations de violence domestique peuvent causer des dommages durables, c'est pourquoi vous avez besoin d'un conseiller juridique expérimenté à vos côtés pour vous disculper.

Renverser la situation d'une fausse accusation

Il arrive que de fausses accusations de violence domestique soient portées et qu'elles conduisent parfois à des poursuites contre l'accusateur, comme le montre cette histoire. Elle raconte qu'une femme et son petit ami étaient en train de fréquenter des amis quand ils ont commencé à se disputer au sujet de la femme qui était constamment au téléphone. La femme "est devenue agressive avec la victime et a commencé à le frapper à la tête alors qu'ils étaient assis ensemble à la table de la cuisine", peut-on lire dans l'histoire. "La femme accusée a alors jeté son café sur la victime alors qu'il quittait la pièce ... la femme a suivi la victime dans le salon et l'a giflé au visage. La victime a essayé de s'éloigner à nouveau du conflit, mais la femme l'a suivi et a continué à le frapper".

Plus tard dans la journée, la femme s'est rendue à la police et a affirmé avoir été agressée par son petit ami. Une enquête a été ouverte, la police a arrêté la femme quelques jours plus tard et l'a accusée d'agression.

La police a publié cette déclaration sur l'affaire : "Personne n'a le droit d'abuser d'une autre personne. Les victimes de violence domestique ou d'agression sexuelle et les témoins sont encouragés à contacter ... la police".

Choisissez un conseiller juridique expérimenté

Traiter avec la police et le système de justice pénale dans des affaires impliquant des allégations de violence domestique est une affaire grave qui nécessite un avocat compétent et expérimenté. J'ai aidé de nombreux clients accusés à tort de diverses allégations de violence domestique. Si la police vous a appelé pour un entretien ou un interrogatoire, ne faites pas de déclaration. Appelez-moi d'abord pour une consultation gratuite.

Filed Under
Violence conjugale